Genève : Rachid Nekkaz, interpellé dans l’hôpital accueillant Bouteflika

0
101

C’est le second coup d’éclat en une semaine pour l’homme d’affaires franco-algérien. Après une manifestation devant les Hôpitaux Universitaires de Genève (HUG), l’établissement sanitaire où Abdelaziz Bouteflika est hospitalisé, Rachid Nekkaz a été interpellé ce vendredi 8 mars, dans l’enceinte du centre hospitalier. Son action explique-t-il, s’inscrit dans la perspective de la décision du Conseil constitutionnel le 13 mars prochain, date de publication de la liste des candidatures retenues pour la présidentielle du 18 avril prochain.

Depuis ce vendredi matin, Rachid Nekkaz avait donné rendez-vous aux internautes algériens sur sa page Facebook. Un live-vidéo devait montrer sa démonstration devant les Hôpitaux Universitaires de Genève (HUG), le centre hospitalier qui accueille depuis le 24 février dernier, Abdelaziz Bouteflika pour des examens médicaux.

Lire aussi : LafargeHolcim Algérie annonce une 1ère opération d’exportation vers l’Afrique du Sud

Avec une dizaine de ses partisans, l’homme d’affaires de 47 ans avait entamé une manifestation devant l’établissement genevois, en droite ligne de la contestation grandissante dans les rues algériennes contre la candidature à un cinquième mandat d’Abdelaziz Bouteflika (82 ans), au pouvoir depuis 1999. Au point que la police l’a enjoint de s’éloigner des grilles de l’hôpital pour continuer son action de protestation.

En début d’après-midi, bravant les somations de la police genevoise, Rachid Nekkaz a été interpellé à l’intérieur du centre hospitalier pour «violation de domicile». « Je vous confirme l’interpellation de M. Nekkaz qui est actuellement auditionné dans les locaux de la police puisqu’il fait l’objet d’une plainte pour violation de domicile », a fait Joanna Matta, la porte-parole de la police genevoise dans une déclaration rapportée par l’AFP.

Rachid Nekkaz à Genève en perspective du 13 mars

« J’ai souhaité venir ici à Genève dans la perspective de la décision du Conseil constitutionnel le 13 mars prochain de valider ou d’invalider son dossier de candidature»¸a fait savoir Rachid Nekkaz dans un live Facebook un peu plus tôt dans la matinée. L’homme d’affaires souligne ici la date de publication par le Conseil constitutionnel algérien de la liste des candidats à la présidentielle du 18 avril 2019.

Lui ne fait pas encore partie de la liste provisoire. A la place, c’est le nom de son cousin portant le même nom qui a déposé sa candidature. Le 3 mars dernier, le denier délai de dépôt de candidature, c’est par un tour de passe-passe surréaliste qu’un sosie homonymique de l’homme d’affaires s’est présenté aux médias comme « Rachid Nekkaz». Une stratégie qui viserait à ne pas faire invalider la candidature du vrai Rachid Nekkaz qui ne peut justifier de 10 ans d’une résidence sans interruption sur le sol algérien pour se porter candidat.

Source : La Tribune Afrique

Laisser un commentaire