Gabon : les sénateurs plaident pour le renforcement de la gouvernance locale

0
85

La présidente du Sénat gabonais, Lucie Milébou Aubusson-Mboussou, a plaidé pour une autonomisation effective des collectivités territoriales. La mise en application effective de la loi relative à décentralisation devrait contribuer fortement au développement des instances de gestion de la chose locale.

La décentralisation au Gabon doit se traduire dans les faits. C’est en substance ce qu’a déclaré cette fin de semaine la présidente du Sénat gabonais, Lucie Milébou Aubusson-Mboussou, qui s’exprimait au nom des sénateurs lors de la cérémonie d’ouverture de la première session pour le compte de l’année 2019. Pour la responsable, il s’agit d’un enjeu de premier ordre. «L’enjeu demain, pour nos collectivités et notre pays, est de construire la décentralisation qui peine à prendre forme», a-t-elle déclaré.

L’Etat gabonais, comme la présidente du Sénat l’a soutenu, œuvre pour une autonomie totale des collectivités afin de parvenir à un développement homogène des différentes localités du pays. «Comment rendre attractives et gouvernables nos collectivités, s’il ne leur est pas accordé une réelle autonomie, tout en déployant des instruments d’accompagnement et de contrôle ? Il ne s’agit pas seulement de leur transférer des compétences ; il s’agit de libérer la gouvernance locale», s’est-elle demandé en ajoutant qu’une mise en application effective de la loi relative à décentralisation au Gabon pourrait beaucoup aider en ce sens.

Lire aussi : Gabon : après 15 jours d’exercice, des proches d’Ali Bongo débarqués du gouvernement

Trouver une réponse à la dégradation du paysage urbain

La cheffe de file du sénat a également évoqué le développement des villes et départements. Elle a attiré l’attention du gouvernement sur les préoccupations des populations ainsi que des dirigeants locaux qui, a-t-elle insinué, méritent beaucoup plus d’attention des autorités centrales. «Nous voulons attirer votre attention sur le ressenti de nos villes et départements, sur celui de ceux qui les représentent, sur celui de ceux qui les habitent. Au cours de nos déplacements sur terrain, nous sommes régulièrement interpellés et nos réponses, certainement insuffisantes ne rassurent plus, nous exposant à des sempiternelles récriminations. Cela aboutit à la défiance grandissante de nos populations  envers les acteurs politiques», a précisé Lucie Milébou Aubusson-Mboussou.

Insistant sur la question du développement économique, la présidente du Sénat a dans son plaidoyer, exhorté le Premier ministre, présent à la cérémonie, à faire en sorte que l’accord avec le FMI se poursuive. «Il est vrai, Monsieur le Premier ministre, que les nombreuses préoccupations de nos concitoyens ne sont pas apparues depuis votre désignation, mais la continuité de l’action gouvernementale vous conduit à prendre le relais et à essayer d’y trouver des solutions», a-t-elle rappelé avant d’ajouter que «le Programme avec le Fonds monétaire international doit se poursuivre. Des résultats encourageants ont déjà été enregistrés, mais ils doivent être confirmés et déployés avec rapidité et efficacité, au bénéfice du plus grand nombre, pour renforcer les acquis obtenus grâce au pacte social proposé aux Gabonais» par le président Ali Bongo Ondimba.

Source : La Tribune Afrique

Laisser un commentaire