Centrafrique : Ras-le-bol des commandants de zones des ex-antibalaka…

0
131
Béranger


Bangui, le 18 février 2019

La coordination nationale des ex-Anti-balaka de l’aile Ngaïssona en commun accord avec les commandants des zones, ont décidé lors d’une réunion extraordinaire organisée le samedi 16 février 2019, de la dissolution de l’ancienne Coordination accusée de haute trahison et de mauvaise gestion de leur groupe.

On a noté au de leur rencontre à  Bangui, la présence, d’une cinquantaine des commandants de zones (ex-antibalaka) venus de l’arrière-pays. C’était donc une réunion pour gérer voire traiter à  fond les différents problèmes qui minent ladite coordination.

La non restitution de l’accord de Khartoum par les représentants de cette coordination ; le silence absolu suite à  l’arrestation de leur coordonnateur principal Ngaissona ; et la mise en place d’une équipe intérimaire sont les principaux sujets débattus tout au long de cette réunion.

Selon Jean Louis NGAIDJONOU, Rapporteur général du groupe du mouvement ex-antibalaka de l’aile Ngaissona : « Ceux qui sont sensés nous représenter au Khartoum après leur retour à  Bangui, n’ont pas pu faire le compte rendu du dialogue, qui reste jusqu’à  ce jour, méconnu par les ‘’’comme-zones ». Donc, les anciens responsable de ladite coordination n’ont pas droit de nous représenter auprès des institutions nationales, qu’internationales jusqu’à  nouvelle ordre ».

« Des réunions ont été organisées pour permettre aux parties prenantes du dialogue de Khartoum, afin de rendre compte de ce qui a été décidé à  Khartoum, ceux-ci ne veulent se présenter pour des raisons où nous-même, nous ignorons », a souligné Thierry Lébéné alias 12 puissances.

Il faut souligner ces ex-comzones se proposent de faire part de cette dissolution dans un bref délai au Gouvernement, à  l’Union Africaine, à  la CEEAC et une copie qui sera déposée à  l’Ambassade de France, afin qu’ils soient à  témoins de cette mesure. « Et si la communauté internationale et nationale, et si le Gouvernement n’arrive à  prendre sa responsabilité pour arrêter cette hémorragie, les commandants des zones vont passer à  la vitesse supérieure pour se faire entendre », A souligné 12 puissances.

Notons que la mise en place d’un comité ad hoc qui répond aux aspirations des commandants des zones des ex-antibalaka est prévue dans les jours avenirs.

Coordination Nationale des Anti Balaka République Centrafricaine

(Aile NGAISSONA) Unité-Dignité-Travail

******

N°…../CAB/SG

COMMUNIQUE DE PRESSE N°…/19

Le peuple centrafricain dans son entièreté se souviendra à  jamais de l’avènement du Mouvement Anti-Balaka née en réponse à  l’oppression et aux atrocités, hors natures et inhumaines, perpétrées par la Séléka, sans foi ni loi, depuis près d’une décennie.

Ne dit-on pas que, là  où il y a l’oppression il y a résistance ? Ce postulat est régulateur de la nature. C’est en cela que le mobile auto-défenseur (victimes) du mouvement Anti-Balaka trouve son entière justification auprès de l’opinion publique nationale et internationale non confondu à  une rébellion ou une révolte contre l’autorité légitime et légale de l’Etat Centrafricain.

La Coordination Nationale des Anti-Balakas (Aile NGAISSONA) exprime sa désolation et ses regrets suite au ralliement aux cotés des milices rebelles de la Séléka ainsi que des mercenaires instrumentalisés des trois (03) représentants non légitimes des patriotes Anti-Balaka pour le partage du pouvoir de l’Etat et l’amnistie suite aux pourparlers de khartoum (Soudan), et non-respect des textes de base dudit Mouvement.

Il s’agit des sieurs : Dieudonné NDOMATE, Igor LAMAKA et Olivier FEISSONA qui à  compter de ce jour sont suspendus jusqu’à  nouvel ordre de la Coordination Nationale patriote pour trahison et appétits grégaires ne répondant pas aux attentes du peuple centrafricain. Par ailleurs depuis qu’ils sont rentrés du Soudan, aucune restitution n’est faite à  la base (c’est-à -dire) à  tous les combattants pour expliquer le contenu de l’Accord de paix signé entre le Gouvernement et les 14 groupes Armés par nos trois représentants qui ont pris part aux pourparlers de Khartoum (Soudan)

La souveraineté de l’Assemblée Générale de la Coordination Nationale des patriotes Anti-Balaka (Aile NGAISSONA) a résolument décidé en sus que les sieurs mis en cause ne participeront plus aux réunions au nom dudit Mouvement jusqu’ nouvel ordre. Par ailleurs, la Coordination Nationale des Anti-Balaka, respectueux du Forum de Bangui n’a jamais investi des territoires, ni incendié des villes et villages afin de revendiquer le partage du pouvoir régalien et l’amnistie même si elle venait d’être adoptée par la représentation nationale, n’a qu’un effet national. Néanmoins, pour la cause, la Coordination Nationale patriotique des Anti-Balaka apporte tout son soutien et sa défense à  son vaillant combattant notamment le sieur Patrice Edouard NGAISSONA qui jusqu’à  ce jour jouissent de la présomption d’innocence devant la Cour Pénale Internationale (CPI).

La Coordination Nationale patriotique des Anti-Balaka (Aile NGAISSONA) respectueux des valeurs républicaines prend le gouvernement, la Communauté Internationale et le peuple centrafricain à  témoin pour son adresse aux milices Arabo-islamique-peulhs de cesser les hostilités s’ils ne sont pas extra-terrestres.

La Coordination Nationale patriotique des Anti-Balaka n’aspire qu’à  la paix, la stabilité et le développement socio-économique de notre cher et beau pays la République Centrafricaine.

Fait à  Bangui le,

Ampliations :

Source : ABangui

Laisser un commentaire