La presse centrafricaine bruisse de rumeurs de remaniement ministériel

0
103
La


Les journaux centrafricains de ce jeudi traitent principalement des rumeurs d’un remaniement ministériel et de la grogne des militaires retraités.

« Gouvernement d’union nationale, Sarandji résiste », titre Corbeau News. Ce journal note que la mise en place du nouveau gouvernement d’union nationale prévue dans l’accord de paix signé à  Khartoum (Soudan) le 6 février dernier par le Président Faustin Archange Touadera, tarde à  se concrétiser.

A en croire Corbeau News, Simplice Mathieu Sarandji, l’actuel Premier ministre et ami du président de la République, ne compte pas déposer sa démission. C’est la raison pour laquelle, le Réseau des journalistes pour les Droits de l’Homme (RJDH) se demande si le soldat Mathieu Simplice Sarandji peut encore être sauvé ?

Selon le RJDH, le remaniement est aujourd’hui inévitable en Centrafrique. Il est consacré par l’article 21 de l’accord de Khartoum. Une disposition de cet accord parle de la mise en place immédiate d’un « gouvernement inclusif ».

De son côté, le Baobab citant de nombreux proches du chef de l’Etat, indique que le Premier ministre pourrait quitter ses fonctions pour une autre mission. Poursuivant, ce journal renseigne que « les principaux acteurs de l’accord ont souhaité un nouveau Premier ministre plus consensuel ».

De l’avis du journal Le Messager, il faut à  la Centrafrique un Premier ministre accepté par tous pour éviter des polémiques internes susceptibles de mettre à  mal le respect des engagements des parties. Pour le Petit Observateur Centrafricain, les nouvelles têtes qui doivent intégrer le gouvernement n’ont plus droit à  l’erreur.

Sur un tout autre sujet, Corbeau News informe que « retraités des Faca (sont) de nouveau dans les rues de Bangui ». Selon ce journal, lundi dernier, plusieurs dizaines de soldats de l’Armée nationale, admis à  faire valoir leur droit à  la retraite depuis l’année dernière, ont occupé l’avenue de l’indépendance pour exiger le versement immédiat de leurs mesures d’accompagnement et de 11 mois d’arriérés de leur solde.

« Nous voulons le paiement de quatre ans de pension et deux ans de mesures d’accompagnement. Nous voulons que nos enfants aillent aussi à  l’école », a déclaré le caporal-chef retraité Michel Senemokomna dans les colonnes de Corbeau News.

L’Agence centrafricaine de presse (Acap) annonce que le Général Ludovic Ngaïfé, ancien chef d’Etat-major des Armées dément avoir promis des mesures d’accompagnement aux militaires retraités. En tout cas, le RJDH rapporte que « le gouvernement a mis en place un comité pour statuer sur les revendications des militaires retraités ».

BB/id/cat/APA

Source : ABangui

Laisser un commentaire