Centrafrique : Le Conseil de sécurité des Nations unies ouvre la voie à  un assouplissement de l’embargo sur les armes

0
65


Si, en Centrafrique, les groupes rebelles n’ont aucune difficulté à  se procurer des armes et des munitions par l’entremise de trafiquants soudanais, il n’en va pas de même pour les forces armées centrafricaines [FACa], étant donné que leur pays est soumis à  un embargo décidé par les Nations unies.

« Le gouvernement respecte l’embargo alors que les groupes armés reçoivent des armes. Le peuple centrafricain ne peut pas comprendre cette loi de deux poids, deux mesures », a ainsi résumé Mathieu Simplice Sarandji, le Premier ministre centraficain, le 28 janvier.

Pourtant, fin 2017, et après avoir levé des réticences exprimées par la France, Moscou obtint une dérogation à  cet embargo auprès du Conseil de sécurité des Nations unies. Et, 900 pistolets Makarov, 5.200 fusils d’assaut, 140 fusils de précision, 840 fusils mitrailleurs Kalachnikov, 270 lance-roquettes RPGs et 20 armes anti-aériennes furent livrés en deux fois aux FACa. Depuis, la Russie a renforcé son influence en Centrafrique, via notamment la présence d’instructreurs « militaire civils », qui sont en réalité des salariés de la société militaire privée [SMP] Wagner.

La France, engagée depuis longtemps en Centrafrique, demanda également, avec succès, une dérogation pour livrer 1.400 fusils d’assaut AK-47 Kalachnikov, précédemment saisis lors d’une opération de la Marine nationale au large du Yémen. En revanche, la Chine, adressa une requête similaire au Conseil de sécurité, fut déboutée.

Source : ABangui

Laisser un commentaire