Centrafrique: L’amnistie, point d’achoppement du dialogue centrafricain

0
90


à€ une semaine de la fin du dialogue à  Khartoum, le projet d’accord n’évoque pas l’amnistie générale aux rebelles. Ils craignent alors d’aller à  l’abattoir. Certains sont sous sanction de l’ONU ou cités dans des rapports.

Depuis le début de cette semaine, les discussions qui ont lieu à  Khartoum la capitale du Soudan, portent sur les revendications des groupes armés. Ceux-ci veulent notamment être assurés de ne pas encourir des ennuis après avoir déposé les armes. Une exigence que le pouvoir ne veut pas prendre le risque d’accepter.

Des craintes à  peine voilées

Plusieurs d’entre les chefs de guerre sont sous sanctions de l’ONU ou cités dans des rapports sur les violations des droits de l’homme. Alors à  Khartoum, ils craignent d’aller à  l’abattoir. Face à  l’offre de la médiation de l’Union africaine d’accepter de déposer les armes en contrepartie d’une prise en charge dans l’armée centrafricaine ou dans d’autres activités de la vie active à  travers une décentralisation avancée, la quinzaine de groupes armés se méfie.

Source : ABangui

Laisser un commentaire