Banque mondiale : au Congo, les industries de transformation sont un levier majeur de croissance

0
93
La Banque mondiale préconise au gouvernement congolais de mettre davantage l'accent sur le secteur agricole et la filière du bois.

Dans son rapport «Changer de cap et prendre son destin en main», la Banque Mondiale appelle le gouvernement congolais à accorder davantage d’importance à son industrie légère.

Pour la Banque mondiale (BM), l’industrie légère est d’une importance capitale pour le développement du Congo. Présentant ce mercredi 30 janvier à Brazzaville son rapport Changer de cap et prendre son destin en main, l’institution de Bretton Woods exhorte les autorités du pays à promouvoir l’industrie légère par la transformation locale des produits agricoles et forestiers.

La Banque indique que le gouvernement congolais devrait améliorer la politique industrielle du pays et mettre davantage l’accent sur le secteur agricole et la filière du bois.

Lire aussi : RD Congo : mainmise d’un cercle de privilégiés sur les richesses du pays ? [Rapport]

Evoquant les difficultés qui entravent l’éclosion de l’industrie légère, l’institution internationale appelle le Congo à utiliser les technologies de l’information et de la communication pour améliorer l’acquisition de connaissances, la modernisation des outils de production et la gestion des industries comme la mécanisation.

Le gouvernement devrait viser cinq catégories majeures d’obstacles auxquels l’industrie légère fait face : la disponibilité et la qualité des matières premières ; les terrains industriels ; la logistique ; les compétences managériales et de la main-d’œuvre et les financements.

Lire aussi : Législatives au Congo : deux filles et un fils du président Sassou-Nguesso élus députés

Au regard des richesses dont dispose le pays, notamment le pétrole, la forêt et les mines, «le Congo devrait améliorer ses capacités de gestion des entreprises», a expliqué Samba Bâ, économiste principal à la Banque mondiale qui présentait le rapport. D’après ce dernier, «une diversification verticale contribuerait à compenser la baisse attendue de la croissance à partir de 2020 et à réduire la vulnérabilité du pays».

Source : La Tribune Afrique

Laisser un commentaire