République centrafricaine : quand un prétendu beau-frère du chef de l’État Touadera terrorise et perturbe la ville de Carnot.

0
80
Carnot


Il s’appelle Évariste Ngamana, soi-disant beau-frère du Chef de l’État Faustin Archange TOUADERA selon son propre terme, est désigné par les notables locaux comme le grand perturbateur de la ville de Carnot en ce moment. Pourquoi ?

En faveur de notre dernier déplacement à  Zaoro-Sangou, Dinguiri, Gadzi et Carnot, nous avons découvert malheureusement que loin des caméras et des médias, certaines personnes, qui s’arrogent indà»ment des titres parfois ridicules, mettent toute une région en coupes réglées. C’est le cas malheureusement de la sous-préfecture de Carnot, terrorisée par un seul homme, monsieur Évariste Ngamana, qui arrive à  imposer ses propres lois à  tout le monde.

En effet, le sulfure Évariste Ngamana, qui proclame déjà  sa candidature pour la prochaine législative dans l’une des circonscriptions de Carnot, ne cesse de proclamer haut à  tous ceux qui veulent l’entendre qu’il est le beau-frère du chef de l’État Faustin Archange TOUADERA. à€ ce titre, il se dit au-dessus du Préfet, sous-préfet, Maire… Aucune décision ne doit être prise sans son approbation.

Pour étendre son influence, l’homme constitue sa propre milice Anti-Balaka qu’il manipule à  son gré.

à€ titre d’exemple, la semaine dernière, en présence de notre équipe, un groupe des jeunes, manipulé par le sieur Ngamana, a pu encercler et perturber les activités de la brigade de gendarmerie de Carnot sans raison apparente claire durant plusieurs heures avant de quitter. Malgré nos efforts de joindre le responsable de ce mouvement, personne n’a voulu nous répondre, alors qu’au niveau des notables locaux, on doigte sans hésitation, monsieur Évariste Ngamana comme l’instigateur de cette insurrection.

Ce dernier, qui arrive à  terroriser plus d’un jusqu’au sommet de l’administration locale,utilise en outre sa milice Anti-Balaka pour rançonner, braquer ou tuer certains éleveurs peuls en pâturage dans le secteur. Les collecteurs des diamants, tout comme les commerçants sont aussi dans son viseur.

Pour son bras armé, monsieur Évariste Ngamana utilise un renommé chef Anti-Balaka local appelé B13, un fugitif recherché par la justice centrafricaine après son évasion de la prison de Berberati alors qu’il avait été arrêté par la gendarmerie en 2015 pour meurtre.

Le vendredi dernier, en présence du ministre de l’Intérieur le général Henri Wanzet Linguissara dans la ville de Carnot, le sulfureux B13 montre une fois de plus que c’est lui qui contrôle la ville de Carnot et sa région.

Pendant que le ministre est en pleine sensibilisation au centre-ville de Carnot sur les conséquences de ce qui est arrivé dans le village Zaoro-Sangou dans lequel plus de 21 personnes ont été massacrées, le chef milicien Anti-Balaka B13 a dépêché ses éléments à  7 kilomètres de Zaoro-Sangou pour braquer les éleveurs peuls. Quatre bœufs ont été volés, tandis que l’une des éleveuses, elle, est touchée par balles, mais il n’est pas mort sur place. Il est transporté à  Carnot, malheureusement il succombe de ses blessures en présence du ministre de l’Intérieur qui n’arrive plus à  comprendre le geste des miliciens Anti-Balaka malgré ses efforts de sensibilisation en faveur de la paix dans la région.

Informés de la mort de l’un de leur, un groupe des éleveurs peuls est sorti à  7 kilomètres après le checkpoint des soldats FACA derrière le village Zaoro-Sangou et récupère trois jeunes artisans miniers de retour de chantier vers Gadzi sur une moto. Ils ont tué 2 et fractionné les deux jambes du troisième. Grâce à  la patrouille de la gendarmerie de la région, les deux corps et le blessé ont été transportés pour ramener à  Carnot, malheureusement le blessé n’a pas suveccu lui aussi au cours de son transfert.

En seulement 24 heures et en présence du ministre de l’Intérieur dans la région, plusieurs personnes ont été tuées suite au comportement irresponsable du chef Anti-Balaka B13 qui se dit être en collaboration avec le commandant de brigade de la gendarmerie de Carnot et aussi avec l’intouchable Évariste Ngamana, le soi-disant beau-frère du chef de l’État Faustin Archange TOUADERA.

Pour l’heure, la ville de Carnot est sous un couvre-feu imposé par les autorités de la ville pour tenter de réduire le niveau du banditisme dans la ville depuis le départ du ministre Henri Wanzet Linguissara le vendredi dernier.

Alors, peut-on faire la paix avec ce genre de comportement ?

Source : ABangui

Laisser un commentaire