Elections en RDC : un autre glissement dans le calendrier de la CENI

0
71
Félix Tshisekedi, dans un bureau de vote à Kinshasa, lors de la présidentielle du 30 décembre 2018.

Le retard dans le calendrier de la présidentielle de décembre a eu des répercussions sur le reste de l’année électorale en RDC. La Commission électorale nationale internationale (CENI) a confirmé le report des élections des sénateurs, des gouverneurs et des vice-gouverneurs. Le bouleversement calendaire entraîne un nouveau glissement dans la tenue des différents scrutins qui restent à tenir.

La date de toutes les échéances électorales se trouve décalée d’une semaine. Au terme d’une réunion opérationnelle tenue ce mardi 29 janvier, la Commission électorale nationale indépendante (CENI) de la RDC a annoncé le report de l’élection des sénateurs, des gouverneurs et vice-gouverneurs.

«L’Assemblée Plénière de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) qui a tenu une réunion, ce mardi 29 janvier 2019, tenant compte des contraintes légales, techniques et opérationnelles, vient de prolonger de 5 jours la période de dépôt des candidatures à l’élection des Sénateurs et à celle des Gouverneurs et Vice-gouverneurs de province», annonce la commission électorale dans une dépêche d’information publiée en ligne.

Lire aussi : RDC : Kabila laisse à Tshisekedi des indicateurs macroéconomiques dans le vert

Une annonce qui vient prolonger jusqu’au 4 février 2019 la date de dépôt des candidatures pour les sénateurs, les gouverneurs et les vice gouverneurs, initialement prévu pour être clôturé le 30 janvier. Conséquence : tout le calendrier est décalé

Décalage pour l’élection des sénateurs, gouverneurs, vice-gouverneurs

«Par conséquence, l’élection des Sénateurs, initialement prévue le 6 mars interviendra le jeudi 14 mars 2019. A la même date, la CENI annoncera les résultats provisoires de l’élection des Sénateurs. L’élection des Gouverneurs et Vice-gouverneurs de province, initialement prévue le 18 mars 2019, est fixée à la date de mardi 26 mars 2019. L’annonce des résultats provisoires interviendra le même jour», rapporte encore la dépêche.

Le contentieux de la présidentielle du 30 décembre (initialement prévue le 23 décembre) a été vidé par la Cour constitutionnelle. Cette dernière a débouté l’opposant Martin Fayulu de tous ses recours pour confirmer la victoire de Félix Tshisekedi. Ce dernier a été investi dans ses pleins pouvoirs après une passation de pouvoir historique avec Joseph Kabila. Une première alternance pacifique au sommet de l’Etat  pour le plus grand pays d’Afrique subsaharienne depuis son indépendance.

Lire aussi : Jean Bamanisa, le serial entrepreneur qui tente de décrypter les codes du ciment «Made in RDC»

L’impact du décalage de la présidentielle se fait donc toujours ressentir sur le calendrier de la CENI. Les élections présidentielle, législative et locales n’avaient pas pu se tenir dans les territoires de Beni, Butembo et Yumbi en raison de l’épidémie d’Ebola. La CENI compte se rattraper en mettant en place une «équipe technique qui a pour mission d’examiner toutes les questions opérationnelles avec injonction de produire un calendrier qui doit fixer la tenue de ces scrutins au plus tard à la date du 31 mars 2019».

Source : La Tribune Afrique

Laisser un commentaire