Centrafrique : la population demande à  l’ONU la levée de l’embargo sur les armes

0
110
Les


Des milliers des Centrafricains sont descendus dans la rue tôt ce matin du 28 janvier 2019 pour exiger la levée totale de l’embargo sur les armes, imposé par le Comité de sanction de l’ONU depuis 2013.

« La levée totale de l’embargo », c’est le slogan de cette manifestation qui a mobilisé une marée humaine ce lundi 28 janvier 2019 à  Bangui, Mbaïki, Damara et plusieurs autres villes du pays, à  trois jours de la rencontre de l’ONU à  New-York pour statuer sur le cas centrafricain précisément la levée ou non de l’embargo qui pèse sur l’armée centrafricaine depuis 2013.

Justement depuis 24 mars 2013, alors que la coalition rebelle Séléka conduite par Michel Djotodia renversait le général d’armée François Bozizé, l’ONU a dans la foulée imposée l’embargo sur l’importation des armes à  destination de la Centrafrique, privant ainsi l’armée régulière de ses moyens de défense et de la protection de la population, alors que les rebelles se sont frauduleusement armés et continuent de déstabiliser le pays au vu et au su des Nations-unies.

Tôt ce matin, plusieurs rues de la capitale sont remplies par des manifestants venus des différents arrondissements de la capitale. « Ultime combat du peuple pour la levée totale de l’embargo, trop c’est trop, nous voulons la paix, non au maintien de l’embargo, Nations-unies=France », peut-on lire sur les banderoles.

Les manifestants ont remis un mémorandum au Premier ministre chef du gouvernement et il aussi possible de remettre aussi le document à  l’assemblée nationale, à  la Minusca et à  l’Union européenne pour exiger d’elles un fort plaidoyer afin de la lever l’embargo.

Dans le mémorandum, les organisateurs de la marche, à  majorité composée des organisations de la société civile, font observer qu’il est inadmissible de priver les forces légales des moyens de la défense de la patrie et de laisser les rebelles s’en procurer frauduleusement des armes pour continuer à  tuer et massacrer la population civile sans défense.

Quelques jours avant cette manifestation, l’église catholique dans une déclaration a demandé aussi à  l’ONU de lever les sanctions contre l’importation des armes à  destination de la Centrafrique afin de permettre au gouvernement de doter des moyens adéquats les Forces armées centrafricaines pour la protection des civiles.

La levée partielle de l’embargo en 2017 avait permis au pays de s’en procurer des armes russes pour la défense de la patrie. Une grande quantité d’armes reste bloquer à  cause de cette mesure qui agasse déjà  les Centrafricains.

Source : ABangui

Laisser un commentaire