République centrafricaine : Retour des Anti-Balaka dans le jeu à¡ Khartoum

0
147
Devoir


Khartoum (CNC) – Dès la toute première séance de face-à -face entre gouvernement et groupes armés, les Anti-balaka ont tenté de quitter la barque. Pour cause, l’absence à¡ ces pourparlers de leur principal leader Patrice Edouard Ngaissona écroué à¡ la Cour pénale internationale. Les Anti-balaka ont estimé qu’ils sont face à¡ une justice de « deux poids, deux mesures », a en croire leur porte-parole Igor Bérenger Lamaka.

« Notre position, c’est celle du peuple centrafricain, nous avons dénoncé une justice à¡ deux vitesses, une justice de deux poids deux mesures. Nous estimons que notre participation à¡ ce dialogue n’a pas sa raison d’être parce que notre leader Patrice Edouard Ngaissona a été arrêté à¡ la CPI. Voilà  pourquoi nous avons posé des préalables sinon nous préférons retourner sur Bangui », a affirmé le Porte-parole des Anti-balaka, samedi soir à¡ l’issue d’une rencontre avec le Ministre centrafricain de la justice.

Et d’indiquer par la suite que « Dieu merci, les Médiateurs, Smail Chergui et Jean Pierre Lacroix se sont rapprochés de nous et ils nous ont promis de nous mettre en contact avec notre gouvernement, notamment notre Ministre de justice, en la personne de Flavien Mbata sur le dossier Ngaissona. C’est ce qui a été fait immédiatement et nous avons échangé avec lui entre centrafricains dans notre langue nationale pour trouver un compromis et mettre en place des mécanismes pour une réponse à¡ notre préalable ».

Les pourparlers centrafricano-centrafricains qui sont ouverts jeudi dernier, au siège de l’Académie supérieur de recherche stratégique et de recherche sur la sécurité de Khartoum, se poursuivent normalement. L’après-midi du vendredi et toute la matinée de samedi dernier sont consacrés aux rencontres individuelles, à¡ huit-clos de tous les quatorze groupes armés présents à¡ Khartoum. Ce dimanche est consacré à¡ l’amendement du document de l’Accord entre le gouvernement et les groupes armés à¡ signer prochainement à¡ Bangui.

« Les facilitateurs ont rencontré tous les groupes armés. Le sentiment qui se dégage, c’est que les travaux se déroulent normalement dans une entente de cordialité et de volonté d’aller à¡ la paix. Nous avons espoir que nous sortirons de Khartoum avec cet Accord », a confié Firmin Ngrebada, Ministre d’Etat, Directeur de cabinet du Président centrafricain qui est chef de délégation du gouvernement centrafricain à¡ ce dialogue.

Source : ABangui

Laisser un commentaire