A Khartoum, début de pourparlers de paix entre gouvernement centrafricain et groupes armés

0
68
Le


Les pourparlers de paix pour une sortie de crise en République centrafricaine ont débuté jeudi à  Khartoum, au Soudan, sous l’égide de l’Union africaine et avec l’appui des Nations Unies.

« Je suis encouragé de voir présents des représentants des partis politiques, de l’Assemblée nationale, des femmes, des jeunes, de la plate-forme religieuse et des victimes », a dit sur Twitter le Secrétaire général adjoint des Nations Unies pour les opérations de paix, Jean-Pierre Lacroix, qui avait fait le déplacement à  Khartoum.

Le Commissaire à  la paix et à  la sécurité de l’Union africaine (UA), Smail Chergui, était également à  Khartoum pour faciliter ce dialogue direct entre le gouvernement centrafricain et 14 groupes armés en vue de conclure un accord durable de paix et de réconciliation.

« En ces moments cruciaux pour la République centrafricaine, vous avez autant que nous une obligation de résultat », a déclaré M. Chergui aux participants à  l’ouverture officielle des pourparlers.

« Je voudrais une fois de plus vous assurer de l’entière mobilisation de la Commission de l’Union africaine pour accompagner les parties prenantes centrafricaines dans le règlement durable du conflit dévastateur » que ce pays traverse depuis trop longtemps, a-t-il ajouté.

A la veille du début des pourparlers, le Représentant spécial du Secrétaire général pour la République centrafricaine, Parfait Onanga-Anyanga, a souligné l’importance de ces discussions pour le pays.

« Ne pas aller à  Khartoum, c’est se mettre au ban de l’histoire et ne pas contribuer à  mettre fin à  la violence », a-t-il dit. « Nous attendons que tous les acteurs aillent à  Khartoum dans un esprit de compromis ».

Source : ABangui

Laisser un commentaire