Centrafrique : retour des antibalaka aux pourparlers de paix avec le gouvernement

0
163
Centrafrique


Les pourparlers de paix entre le gouvernement centrafricain et les groupes armés se poursuivent samedi à  Khartoum au Soudan, avec notamment le retour des leaders et représentants des antibalaka qui s’étaient retirés vendredi, a constaté sur place un correspondant de Xinhua.

Les antibalaka, de l’aile Mokom et de l’aile Ngaïssona, ont exigé comme préalable à  leur participation aux pourparlers la libération de leurs leaders actuellement détenus par la Cour pénale internationale (CPI), s’étonnant que des chefs de la Séléka, en rivalité avec les antibalaka, siègent bien aux pourparlers de Khartoum.

L’un des chefs antibalaka, Alfred Yékatom Rambhot, également ex-député, avait été arrêté à  Bangui en octobre dernier après une procédure de flagrant délit, perdant de facto son immunité parlementaire. Il a été extradé vers la CPI en novembre dernier pour des accusations de crimes de guerre.

L’autre chef, Edouard-Patrice Ngaïssona, qui s’était autoproclamé coordinateur des antibalaka, a été arrêté en France en décembre dernier puis remis à  la CPI en janvier pour des accusations similaires.

D’après une source proche des pourparlers, la détention de ces deux leaders antibalaka ne relève plus de la justice centrafricaine, ce qui ne permet donc pas au ministre centrafricain de la Justice, également présent aux négociations de Khartoum, d’aller dans le sens de leur libération.

Après échanges avec le panel des négociateurs de l’Union africaine et des Nations Unies, les délégués et représentants des antibalaka ont décidé de revenir à  la table des négociations.

Source : ABangui

Laisser un commentaire