Plaidoyer à  l’assemblée nationale en faveur du code portant protection de l’enfant en Centrafrique

0
111
Plaidoyer


Le Président de l’Assemblée Nationale sensible au plaidoyer sur la protection des droits des enfants donne son feu vert pour l’adoption prochaine par les élus du peuple du projet de Code portant Protection de l’Enfant en Centrafrique.

« Renforcement du plaidoyer auprès des autorités nationales en faveur de la protection de l’enfant en RCA. Adopter le code de la protection de l’enfant en RCA, C’est garantir ses droits », c’est autour de ce slogan que le Président de l’Assemblée Nationale, l’Honorable Laurent NGON-BABA a présidé ce jour à  l’hémicycle, une séance de travail bilatérale avec les enfants venus de divers horizons.

L’objectif de cette rencontre est de susciter l’adhésion des Elus de la Nation sur la situation des enfants souvent confrontés à  des difficultés de tous ordres. Et que les députés puissent, le moment venu, examiner favorablement cet important instrument juridique.

C’est l’ONG Women Acting for Living Together (WALT) entendez « les femmes agissent pour le vivre ensemble » sur appui financier de l’UNICEF en collaboration avec d’autres ONG telles que le Centre pour la Promotion et la Défense des Droits de l’Enfant (CPDE), DANCHURCHAID, le Réseau des Journalistes de Droits de l’Homme (RJDH) qui a organisé cette campagne de plaidoyer auprès des autorités nationales.

Les temps forts de la cérémonie ont été des petits messages écrits par les enfants eux-mêmes décrivant leurs conditions de vie, remis au Président de l’Assemblée Nationale ainsi que l’avant-Projet du Code portant Protection de l’Enfant en Centrafrique.

Au sortir de ce plaidoyer, madame Angéline KAà�GAMA née KEL, Présidente de l’ONG WALT a fait la déclaration suivante : « L’activité que nous organisons aujourd’hui rentre dans le cadre d’un vaste programme que nous avons dans notre plan stratégique que nous l’avons baptisé ‘’’Ange gardien » qui est un programme qui s’occupe spécialement des enfants ».

Puis, elle a poursuivi : « Vous savez que tous les enfants sont une cible particulière à  laquelle nous devons aussi apporter des soins particuliers. C’est pour cela que nous avons pensé que la première des choses, c’est d’activer l’avant-projet de Loi qui dort depuis plus d’une dizaine d’années dans les tiroirs de certains ministères pour que ce projet soit réactivé, que la Loi soit adoptée et qu’elle soit promulguée, et ce serait un très bon cadeau que nous allons offrir aux enfants de Centrafrique. Parce que le cadre doit être légal et il doit s’arrimer à  l’international. Avec tout ce que le pays a connu, les enfants sont victimes de beaucoup d’actions, il faudrait qu’ils aient des protections particulières et ce Code justement présente cet ensemble, ce canevas qui peut aider à  mieux assurer leur épanouissement ».

« Nous sortons satisfaite, vous savez les messages sont sortis des enfants eux-mêmes, ce sont eux qui ont identifié les thématiques liées aux problèmes sociaux qu’ils rencontrent au quotidien, dans leur environnement immédiat. Les enfants ont passé les messages au Président qui a été très réceptif. Il a même dit, qu’il a été très émotionné par l’ensemble de messages que lui ont transmis les enfants de notre pays. Ils sont venus des horizons divers, de différentes couches sociales, il y a des enfants handicapés, il y a des enfants pygmées, des filles, des hommes, des enfants chrétiens, des enfants musulmans qui étaient dans la salle et qui ont passé des messages au Président de l’Assemblée Nationale, à  son Bureau et à  l’ensemble des parlementaires qui étaient présents » a-t-elle martelé.

Enfin, Madame KAà�GAMA KEL a ajouté : « Le Président de l’Assemblée Nationale nous a rassurés qu’il va activer déjà  pour que les traités internationaux qui protègent l’enfant et qui ne sont pas encore ratifiés par notre pays le soit d’une part, et d’autre part que le Gouvernement transmette dans un bref délai ce projet de Loi au Bureau de l’Assemblée Nationale et ce sera un bon cadeau que cette législature-là  offre aux enfants centrafricains.

Disons merci au Président de l’Assemblée Nationale pour cet engagement solennel qui nous réconforte dans la noble tâche que nous avons prise en tant qu’activistes des droits de l’Homme, à  promouvoir le bien-être des citoyens dans notre pays ».

A signaler qu’au cours de cette séance de plaidoyer, l’Honorable Président Laurent NGON-BABA était assisté de quelques membres du Bureau, des Commissions et ceux de son Cabinet.

Source : ABangui

Laisser un commentaire