François Bozizé s’adresse aux participants au dialogue de Khartoum

0
75
François


Mes chers compatriotes,

C’est avec le cœur meurtri et l’âme dévastée que j’observe depuis bientôt six (6) ans l’évolution de la situation dramatique voire chaotique de notre cher et beau pays, la République Centrafricaine. C’est également avec beaucoup de peine et de tristesse que j’assiste à  la dégradation des conditions de vie d’une grande partie de nos populations livrées à  la merci des bandes armés, sans foi ni loi, lesquelles n’ont de cesse d’écumer notre territoire, mis sous coupe réglée, tout en continuant de fouler aux pieds, chaque jour davantage, l’autorité de l’Etat.

Depuis longtemps, je n’ai eu de cesse de me battre pour retour de la paix et de la stabilité dans notre pays. De tout temps, j’ai prôné le dialogue, comme seule et unique voie de sortie de crise, car tout conflit, quel qu’il soit, et ce même à  travers l’Histoire, a toujours pris fin autour de la table des négociations. Aussi serions-nous, je le crois fermement, judicieusement avisés de faire l’économie de toutes ces vies en danger pour aller résolument à  la recherche d’un compromis dynamique pour le bien-être du Peuple centrafricain.

Mes chers compatriotes,

C’est notamment pour ces raisons mentionnées ici que j’ai depuis longtemps marqué ma disponibilité pleine et entière à  m’associer aux discussions, initiatives et actions qui seront organisées pour trouver les voies vers la Paix, afin de mettre un terme aux souffrances du Peuple centrafricain. C’est dans ce sens que j’avais écrit au Président de la Commission de l’Union Africaine en juillet 2018 et que j’ai réitéré lors de la réunion avec le Panel de facilitateurs à  Kampala, durant cette même période.

C’est pourquoi, aussi bien ma surprise que déception furent grandes, d’être à  nouveau, tenu à  l’écart de la rencontre de Khartoum ouverte ce jour et qui doit se révéler décisive pour nous tous.

En dépit de tout cela, je suivrais avec une attention particulière les développements de ce 1er round de discussions en réaffirmant ma disponibilité à  apporter ma contribution à  la réussite de ces importantes assises et à  effectuer le déplacement de Khartoum pour prendre part directement aux pourparlers.

En ce début d’année 2019, nous devons nous employer à  abolir toutes sortes de barrières et de clivages pour bâtir ensembles un Centrafrique où il fera bon vivre pour les générations présente et future de notre pays.

Fait à  Kampala le 24 janvier 2019

Général François BOZIZE YANGOUVONDA

Ancien Président de la République Centrafricaine

Président Fondateur du Parti KNK

Président d’Honneur du Parti KNK

Source : ABangui

Laisser un commentaire