Mali : IBK annonce la création d’un Conseil de sécurité nationale

0
122
Le président malien, Ibrahim Boubacar Keita, lors de la cérémonie de son investiture à la magistrature suprême.

Dans un discours prononcé ce dimanche 20 janvier à l’occasion du 58ème anniversaire de l’armée malienne, le président Ibrahim Boubacar Keita a annoncé son projet de créer un Conseil de sécurité nationale. Le numéro 1 malien a également annoncé un projet de réarmement de l’armée afin de lui permettre de répondre aux divers défis sécuritaires.

Ibrahim Boubacar Keita (IBK) veut doter l’armée de son pays des cadres et instruments nécessaires pour répondre aux préoccupations sécuritaires. Intervenant ce dimanche 20 janvier 2019 lors de la célébration du 58ème anniversaire de l’armée malienne, le chef de l’Etat malien a indiqué qu’il prévoyait la création d’un Conseil de sécurité nationale.

«Je peux déjà annoncer la création très prochaine d’un Conseil de sécurité nationale auprès de nous-mêmes, ainsi que la relecture de textes fondamentaux, telle la loi n°04-051/ du 23 novembre 2004 relative à la défense nationale », a-t-il déclaré évoquant également la question d’armement de son armée.

Lire aussi : RDC : un pays, trois présidents

En effet, dans son discours, le Commandant en Chef de l’armée malienne a indiqué qu’il comptait renforcer les équipements et matériels des forces de sécurité maliennes afin que ces dernières puissent mieux faire face à l’insécurité qui règne dans son pays. «Une armée réarmée, à la fois techniquement, moralement et matériellement : c’est l’ambition minimale qu’il m’incombait de nourrir pour que notre outil de défense puisse réaliser ses objectifs… La maîtrise du ciel est un objectif stratégique de la guerre asymétrique, parce que constituant à bien des égards une riposte adéquate aux méthodes lâches des terroristes », a-t-il insisté.

Lire aussi : Qui est Kamissa Camara, la pépite qui pilote la diplomatie malienne ?

Rappelons que le Mali fait face depuis quelques années à des attaques terroristes sur son territoire faisant plusieurs morts. Même si la présence de forces armées internationales contribue à limiter les mouvements terroristes, le pays n’en est pas encore sorti.

Source : La Tribune Afrique

Laisser un commentaire