Dette : le Cameroun devra lever 260 milliards Fcfa sur les marchés en 2019

0
70

Au cours de cette année, l’Etat camerounais vise à travers ses émissions de titres publics, une somme de 260 milliards de francs CFA, indique la Direction générale du Trésor, de la coopération monétaire et financière du ministère camerounais des finances. Les fonds devraient permettre à financer des projets de développement.

Prévu à 3.991,1 milliards Fcfa pour des recettes estimées à 3.508,5 milliards de francs CFA, le budget 2019 de l’Etat camerounais affiche un gap de 482 milliards de francs CFA qu’il faudra que le gouvernement camerounais trouve un moyen de combler. L’un des moyens à disposition est bien le recours aux marchés financiers à travers les émissions de titres.

En effet, à en croire la Direction générale du Trésor, de la coopération monétaire et financière (DTCMF) du ministère camerounais des finances, l’Etat vise à mobiliser sur le marché des titres une somme de 260 milliards de francs CFA à travers les emprunts obligataires et les émissions de Bons du trésor assimilables (BTA) et les Obligations du trésor assimilables (OTA).

Lire aussi : Débarrassé du FMI, le Ghana va emprunter 3 milliards de dollars… sur les marchés financiers

Selon les sources proches du ministère camerounais des finances, les fonds mobilisés lors cette opération, devront servir à financer des projets de développement, à amortir la dette de l’Etat ou d’éponger les arriérés dus notamment aux petites et moyennes entreprises (PME).

Le gouvernement confiant

Même si cette enveloppe visée reste difficile à mobiliser, le Cameroun reste optimiste, se basant sur ses succès antérieurs sur le marché financier. Moh Sylvester Tangangho, le directeur général du Trésor camerounais croit en les capacités de son pays à y arriver.

« Nous avons collecté en moyenne 7 milliards francs CFA toutes les deux semaines et sommes parfois allés jusqu’à 10 milliards francs CFA grâce à des taux d’intérêts attrayants. De plus, pour l’emprunt obligataire lancé en octobre 2018, où nous cherchions 150 milliards francs CFA, les souscripteurs se sont prononcés pour 207 milliards francs CFA mais nous n’en avons retenu que 200 pour le financement des certains projets », a déclaré le responsable.

Source : La Tribune Afrique

Laisser un commentaire