Le PUR quitte le groupe des partis politiques alliés au président Touadéra

0
71
Le président du PUR, Eddy Symphorien Kparékouti

Le but de cette prise de position est d’éviter d’être comptable et complice de ce qu’il appelle un « échec politique ».
 
M. Kparékouti a cité comme grief l’occupation sans cesse du territoire national par les groupes armés, illustrant ses propos par les atrocités commises sur les populations à Bambari, Ippy, Kouango, Alindao, Batangafo, Bakouma et Bangassou.
 
Il a ajouté à cela la dégradation des conditions d’existence des populations, l’absence de l’Etat dans les zones sous occupation des groupes armés, les incompréhensions autour de la feuille de route de l’Initiative africaine de paix en République Centrafricaine, sous conduite de l’Union Africaine, et l’échec prévisible dudit dialogue.
 
M. Kparékouti pense que les vrais problèmes qui minent la République Centrafricaine n’ont pas été identifiés, citant pêle-mêle l’injustice sociale, la discrimination et l’exclusion.
 
Comme alternative, le président du PUR a préconisé « un arrangement politique comme celui de 2015-2016 dans un délai raisonnable ».
 
M. Kparékouti a toutefois annoncé que le « PUR est un parti autonome resté attaché à la paix, à la concorde, au dialogue de l’Union africaine prévu à Khartoum fin janvier prochain ». 

Source : Acap

Laisser un commentaire