Centrafrique : troubles à  Bria suite au rétablissement de l’ordre public à  Bambari

0
89
Nouvelles


Les éléments rebelles contrôlant la ville centrafricaine de Bria (centre) se sont mis à  compliquer la vie depuis vendredi dernier aux habitants de la localité, en représailles au rétablissement de l’ordre public par des Casques bleus et des militaires des Forces armées centrafricaines (FACA) dans la ville de Bambari (centre), a appris Xinhua ce dimanche de sources locales.

Selon ces sources, le mécontentement des rebelles jusqu’à  ce dimanche, à  travers des tirs sporadiques et des menaces en direction de certaines personnes, a entretenu la peur parmi les habitants et la paralysie des activités économiques. Les boutiques demeurent fermées et des banderoles sont hissées dans les rues clamant une agression à  connotation religieuse contre les musulmans de la ville de Bria.

Pour s’opposer aux manifestations en différé de l’édition 2018 de la Journée mondiale de l’alimentation (JMA) à  Bambari, prévues les 10 et 11 janvier derniers avec un report majeur, les éléments rebelles présents dans la ville ont commencé à  tirer à  l’arme lourde et automatique, au point de contraindre les délégués venus des différentes préfectures et de la capitale centrafricaine Bangui à  retourner précipitamment chez eux.

Considérant cette attaque comme un affront ayant fait échouer les festivités dédiées à  la JMA, le gouvernement et la mission onusienne en Centrafrique MINUSCA ont déployé sur le terrain des Casques bleus et des militaires des FACA qui ont réussi à  repousser les assaillants et reprendre le contrôle de Bambari.

Une source politique estime que les rebelles veulent se donner de l’importance à  une dizaine de jours du dialogue de Khartoum au Soudan, prévu le 24 janvier, et devant réunir de manière exclusive le gouvernement et les groupes armés. Cette source a cité, pour illustrer ses propos, l’attaque et l’occupation de la ville de Bakouma (sud-est) et les incursions des éléments des 3R (Retour Réclamation et Réhabilitation) dans la préfecture de la Nana-Mambéré (ouest).

Source : ABangui

Laisser un commentaire