Centrafrique : Quand le ministre Dondra contribue au succès du pouvoir de Bangui

0
247
Le


L’accession du professeur Faustin Archange Toudéra à  la magistrature suprême de l’Etat en mars 2016 a ouvert la voie à  une nouvelle génération d’homme politique comme monsieur Henri-Marie Dondra de faire leur entrée au gouvernement. Après presque trois ans de collaboration, le ministre Dondra est devenu l’un des maillons fort du pouvoir de Bangui. Cependant, cette posture ne va pas sans conséquence.

Pour la gouverne de nos lecteurs, en 2013, l’économie de la République Centrafricaine s’était complètement effondrée et se trouvait -36% de son PIB. Après la formation du gouvernement Sarandji, monsieur Dondra, ancien directeur du Fonds Africain de Garantie et de Coopération Economique (FAGACE) s’est vu confié le portefeuille des finances et du budget.

Ce digne fils du pays s’est mis au travail avec détermination et abnégation pour assainir les finances publiques, rassurer les partenaires financiers de la RCA, et mobiliser les recettes intérieures et extérieures afin de faire face aux dépenses de souveraineté de l’Etat.

Dans cette optique, la Centrafrique s’est mise en programme avec le FMI, ce qui lui a permis de résister aux vents violents qui a secoué l’économie de l’Afrique centrale. Aujourd’hui, la croissance économique de la RCA s’est établie à  4% en 2018, faisant de ce pays l’un des meilleurs élèves du FMI. Nul n’ignore qu’elle est citée comme un modèle dans la sous-région en matière de la gestion des finances publiques et de l’économie.

Sous l’impulsion du président FAT, et grâce à  une gestion efficace et efficiente de la trésorerie, les salaires sont payés à  terme échu, le 25 de chaque mois, et les bourses ainsi que les pensions ne souffrent d’aucun retard. Les arriérés de salaires des régimes défunts du président Kolingba, Patassé et Dotodja qui étaient placés dans le placard de l’oubliette sont en trains d’être progressivement apurés. Les dettes commerciales sont apurées relançant du coup certaines entreprises se trouvant dans une situation de faillite.

Le dernier rapport de la banque centrale et celui du comité monétaire financier national permet de dire que les banques centrafricaines sont en sur-liquidités. Tous les partenaires financiers de la RCA dont le FMI, la banque mondiale, la BAD et l’union européenne sont satisfaits de la gestion des finances publiques et font désormais confiance au régime du président Touadéra. Pour le premier ministre Simplice Mathieu Sarandji, le ministre Dondra est l’un de ses meilleurs ministres qui fait sa fierté.

D’après nos investigations, le ministre Dondra est un membre du gouvernement patriotique, déployant toutes ses énergies pour honorer son pays et le président de la République. Nonobstant le fait qu’il est « financièrement bien assis » avant de rentrer au gouvernement, il ne s’est jamais comporté en ministre rebelle ou en concurrent ni du président de la République, ni du premier ministre. Galvanisé par la culture de l’excellence, il s’est imposé dans l’environnement politique immédiat du président FAT.

HMD est d’ailleurs la deuxième personnalité du mouvement politique cœur uni qui soutient les actions du chef de l’Etat. Selon une indiscrétion, ce dernier a juré d’œuvrer pour faire gagner FAT à  la présidentielle de 2020-2021. Cet engagement du ministre Dondra aux côté du président Touadéra ne va pas sans conséquence comme nous l’avons précédemment souligné.

Au sein de la formation politique cœur uni dont il est le 2e secrétaire national, certains proches de Touadéra et de Sarandji, mu par des intérêts purement égoïstes voient d’un mauvais œil ce rapprochement Touadéra-Dondra. Par des journaux interposés et sur les réseaux sociaux, ils mènent une compagne de diffamation dont le seul but est semer le doute dans l’esprit de FAT à  propos de la sincérité de ce valeureux fils du pays.

Certains voient en lui un potentiel premier ministre et font tout pour faire échec à  cet envol politique. Pour les opposants au régime de FAT, la stratégie consiste abattre Dondra en vue de fragiliser Touadéra. Ne dit-on pas que « Qui lapide le chien du roi, vise les intérêts du roi » ?

En outre, la création de la radio-télévision HMDRTV fait monter l’adrénaline chez certains promoteurs des médias qui se trouvent sur le territoire national, et qui s’associent aux ennemies politique du ministre HMD pour le combattre. Que reproche-t-on à  un fils du pays qui œuvre pour le développement de l’environnement communicationnel de notre pays ? A-t-il commis un péché en créant une structure qui donne du travail à  la jeunesse ? Tout porte à  croire que la RCA est une jungle infesté des loups qui détestent le progrès.

Nous espérons que FAT n’est pas naïf pour croire à  des mensonges montés de toutes pièces dont le seul but est d’assassiner politiquement le ministre des finances et du budget Henri-Marie Dondra. D’ailleurs, le braquage de son véhicule de commandement le mois dernier dont les enquêtes se poursuivent démontre que les ennemies du progrès veulent la tête de Dondra ou désirent vivement briser ses bonnes relations avec FAT. Parviendront-ils un jour à  leur fin ?

Source : ABangui

Laisser un commentaire