samedi, janvier 19, 2019
Accueil Societé Centrafrique : Le RJDH et certaines ONGs militent pour l’avant-projet...

Centrafrique : Le RJDH et certaines ONGs militent pour l’avant-projet du code de protection de l’enfant

0
22
l’avant-projet du code de protection de l’enfant

BANGUI, le 11 janvier 2019 (RJDH)—Le Réseau des Journalistes pour les Droits de l’Homme(RJDH-RCA) avec ses partenaires ont organisé un déjeuner de presse ce vendredi, 11 janvier 2019 au stade 20 mille places à Bangui pour échanger sur l’avant-projet du code de la protection de l’enfant en Centrafrique. Cet échange a eu lieu en présence d’une vingtaine des journalistes et des élus de la nation.

Il s’agit pour le Réseau des Journalistes pour les Droits de l’Homme (RJDH) et ses partenaires de mettre en place un cadre de plaidoyer en faveur de l’adoption et à la promulgation de ce code. Et pour ce, plus d’une vingtaine des journalistes ont été conviés à l’occasion pour les associer aussi comme acteurs dans le cadre de la défense des droits de l’enfant pour la mise en application du code de Protection de l’enfant en Centrafrique.

Romarry Gonessa, Président du Conseil Administratif du RJDH, explique la raison qui a motivé le RJDH à mobiliser les journalistes et les parlementaires, « Nous les avons mobilisés pour échanger et partager autour des textes de loi sur la protection de l’enfant qui est depuis en circulation il y a 14 ans et qui n’a pas été adoptée par l’Assemblée Nationale afin d’être promulguée par le Chef de l’Etat. Donc nous sommes réunis ici pour essayer d’en parler et d’en faire des éveils autour de ses textes de loi », a précisé le Président du Conseil d’Administration du RJDH.

Le chef de mission de DCA, Gilbert Masumbuko a exhorté les participants, surtout les professionnels des médias à travailler quotidiennement dans leurs différentes publications pour monter dans leur publication l’importance du projet de la Loi sur la protection des enfants en Centrafrique. Il n’a pas manqué d’inviter les élus de la nation à adopter cette Loi en faveur des enfants en Centrafrique.

Quant au responsable de programme et développement à DCA, Richard Ndoutabet, rappelle comment ce projet a été initié « Le projet de loi sur le code de protection de l’enfant est une initiative du Ministère des Affaires Sociales qui est resté dans le tiroir depuis aujourd’hui 14 ans et nous avons eu quelques discussions avec l’Unicef et nous avons ensemble décidé avec les organisations de la société civile de retravailler sur ce processus afin que ce code de protection de l’enfant puisse aboutir. Les responsables qui œuvrent pour le droit de l’enfant sont tous d’accord pour que ce code soit vite adopté et promulgué », a-t-il indiqué.

L’honorable Jean Claude Komia-Sambia, vice-président de la commission Population, genre, droits de l’homme a salué cette initiative et appelle le gouvernement à vite déposer cet avant-projet de Loi sur la table de l’Assemblée Nationale. « Nous ne voyons d’objection à adopter un tel code qui protège nos enfants, étant aussi pères et mères d’enfants », a-t-il souligné.

Pour l’honorable Zibaya Joël, si ce Code est conforme aux normes et avec la Constitution du pays, rien ne pourra empêcher les élus à voter cette loi. « Nous avons déjà beaucoup des textes à examiner pour la session de mars. Mais si le texte arrive à temps, même pendant cette période de vacance parlementaire, nous pouvons déjà commencer à lire. Donc, la balle est dans le camp du gouvernement », a souligné le député, membre de la commission Intérieur, Loi et affaires administratives à l’Assemblée Nationale.

L’avant-projet du code de la protection de l’enfant est disponible depuis près de 14 ans en République Centrafricaine. Il a été une fois transmis au gouvernement avant d’être rejeté pour questions de forme. C’est dans cette perspective que l’ONG DANCHURCHAID (DCA) avec la collaboration de trois organisations de la civile notamment le RJDH, CPDE et WALT, et sur le financement de l’Unicef et certains partenaires veulent mettre en place un cadre de plaidoyer en faveur de l’adoption et à la promulgation de ce code.
Il est à rappeler que lors de son adresse de vœu à la nation prononcée à la veille du nouvel an, le Président de la République, Faustin Archange Touadéra a placé l’adoption de loi sur la protection de l’enfant en Centrafrique dans ses priorités de l’année 2019.

Déjà, deux rencontres de ce genre sont organisées par le RJDH, les 8 et 11 janvier 2019, afin de présenter aux participants l’intérêt d’adoption et de la promulgation de cette Loi en cours de transfert à l’Assemblée nationale.

Source : RJDH

Laisser un commentaire

WP Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com