samedi, janvier 19, 2019
Accueil Societé Centrafrique : ANAF appelle à la solidarité pour soutenir les victimes d’exploitation...

Centrafrique : ANAF appelle à la solidarité pour soutenir les victimes d’exploitation sexuelle de Kembe à Bangui

0
19
Momument des martyrs à Bangassou @fredkrock

BANGUI, le 11 Janvier 2019 (RJDH)—Plusieurs filles et femmes de Kembe dans la Basse-Kotto et Bangassou dans le Mbomou ont été victimes d’exploitation sexuelle commises par des groupes armés. L’Association nationale des filles et femmes victimes des violences sexuelles (ANAF) lance un appel à l’endroit de personnes de bonne fois pour la prise en charge de ces survivantes.

Ces femmes victimes d’esclavage sexuel dans les villes de Kembe et Bangassou ont été retenues pendant six mois par leurs tortionnaires, les Anti-Balaka qui règnent en maître dans les régions. Elles sont arrivées dans la capitale et reçues par l’ANAF.

Un garçon de 13 ans, l’une des victimes relate le calvaire traversé par sa famille, « si aujourd’hui nous avons abandonné nos villages pour être à Bangui, c’est à cause du mauvais traitement que les Anti-Balaka nous ont infligés. Quand ils m’ont arrêté et ma famille, ils nous ont amené loin dans la brousse, et ils nous ont maltraité. Nous sommes devenus des travailleurs dans leur champ de café. Ils ont couché ma mère, mes sœurs en notre présence, et ils m’ont même sodomisé » a-t-il témoigné.

Comme si cela ne leur suffit pas encore, le cynisme de ces hommes dépasse l’entendement de cet enfant qui revient sur certaines atrocités commises par ces Anti-Balaka jusqu’au jour où ils ont décidé de s’échapper, « arrivé à un certain moment, ils ont tué un de mes frères. Nous avons souffert. Heureusement à un certain moment, nous avons pris la résolution de fuir c’est pourquoi nous sommes là aujourd’hui. Présentement nous n’avons pas d’habits, ni de nourriture. Nous dormons sur des nattes, c’est grâce à l’ANAF qui nous a secourus en payant la facture de notre déplacement à Bangui en nous donnant une maison qui nous sert de logement présentement» a-t-il précisé.

C’est un choc psychologique pour cette famille d’au-moins 20 personnes pour Nanette Yandocka, Présidente de L’ANAF qui lance un cri de cœur à l’endroit de bonne foi et du gouvernement pour une assistance urgente, « nous avons dégagé 150 .000 francs CFA pour régler la facture de ces victimes. Je me suis battue pour leur trouver un logement vers le quartier Combattant dans le 8ème arrondissement de Bangui. Vous savez, c’est difficile pour une ONG nationale comme la nôtre qui n’a pas de financement de venir de manière constante à l’aide à ces compatriotes. C’est pourquoi j’exhorte le gouvernement, les organisations humanitaires à tout mettre en œuvre pour aider ces personnes vulnérables» a-t-elle lancé.

La Déclaration Universelle des Droits de l’Homme en ses articles 4 et 5 stipulent que : « Nul ne sera tenu en esclavage ni en servitude. L’esclavage et la traite des esclaves sont interdits sous toutes leurs formes. Nul ne sera soumis à la torture, ni à des peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants ».

En dépit de ces dispositifs, des personnes continuent de subir ces actes dans le pays.

Source : RJDH

Laisser un commentaire

WP Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com