Le Président Faustin-Archange Touadéra poursuit ses consultations avec les forces vives de la nation

0
125


Bangui – Dans l’attente du dialogue avec les groupes armés, le Président centrafricain, Faustin-Archange Touadéra, a poursuivi, samedi 5 janvier 2019 à  Bangui, ses consultations avec les leaders des partis politiques et les responsables de la société civile, en présence du président de l’Assemblée nationale, Laurent Ngon-Baba et le Premier-ministre Mathieu-Simplice Sarandji.

L’enjeu de cette réunion est d’échanger avec les leaders des partis politiques et les responsables des organisations de la société civile afin de recueillir leurs avis sur l’initiative de l’Union Africaine (UA) relative au prochain dialogue avec les groupes armés.

Le Chef de l’Etat a rappelé que le schéma de discussion ne concerne que le gouvernement et les groupes armés dans le but de décider lesdits groupes à  déposer les armes en vue d’adhérer au processus de désarmement, de démobilisation, de réinsertion et de réintégration (DDRR), pour le rétablissement d’une paix durable.

Le président de la République a précisé que « le gouvernement est prêt pour l’organisation dudit dialogue car les périmètres des négociations sont définis conformément à  la Constitution et à  la conclusion du Forum de Bangui en 2015.

Le Président Touadéra a exhorté la population centrafricaine à  s’unir afin de se lever comme un seul homme pour travailler dans le sens du développement de son pays, et a demandé à  la classe politique et à  la société civile dans son ensemble d’accompagner le gouvernement dans ses actions pour la restauration de l’autorité de d’Etat sur le territoire national.

Il a annoncé qu’une mission composée entre autres de l’Union Africaine, des Nations-Unies, de l’Union Européenne, des ministres des Affaires étrangères de quelques pays voisins de la Centrafrique sera à  Bangui, la semaine prochaine, pour définir la date et le lieu devant abriter le dialogue entre les deux parties.

Pour sa part, le leader du Mouvement de Libération du Peuple Centrafricain (MLPC), Martin Ziguélé, a soutenu et encouragé le gouvernement à  participer à  ce dialogue pour la sortie des crises à  répétition.

Tous les intervenants à  cette rencontre ont unanimement opté pour l’impunité zéro et se sont déclarés opposés à  l’amnistie en faveur des criminels.

Adoptée à  Libreville, au Gabon, le 17 juillet 2017, la « Feuille de route pour la paix et la réconciliation en République Centrafricaine », autrement appelée Initiative africaine, est un plan de paix commun à  l’Union africaine (UA), à  la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC) et à  la Conférence internationale sur la Région des Grands Lacs (CIRGL).

Il prévoit un dialogue réunissant le gouvernement centrafricain et les groupes armés actifs sur son territoire afin de mettre un terme aux violences armées qui endeuillent le pays depuis plusieurs années.

Source : ABangui

Laisser un commentaire