Faustin Archange Touadéra appelle ses compatriotes à la vigilance et l’ONU à la levée des embargos sur les armes et le diamant

0
41

Dans son message radiotélévisé, à l’occasion du nouvel an, le chef de l’Etat centrafricain a dénoncé « l’intention des forces du mal de perpétrer la violence pour en tirer des intérêts égoïstes et satisfaire ceux des officines secrètes qui, pour des raisons géopolitiques et géostratégiques, oeuvrent inlassablement à la déstabilisation de notre pays ».

« Les groupes armés qui sont hostiles à la paix et à la restauration de l’autorité de l’Etat sont essentiellement ceux créés et dirigés par des mercenaires étrangers », a précisé Faustin Archange Touadéra, ajoutant que ces derniers « exécutent un plan ignoble de prédation, d’extermination de notre peuple et de conquête de notre territoire, sinon, de sa partition ».

Il a prévenu que « les auteurs, coauteurs, complices et commanditaires de ces crimes répondront tôt ou tard de leurs actes devant la justice nationale et internationale », avant d’inviter la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations-Unies pour la stabilisation de la RCA (MINUSCA) « à prendre la mesure du danger qui guette la survie de la République Centrafricaine, menace la sécurité et la stabilité de la sous-région et à faire de l’année 2019 un tournant décisif dans l’exécution effective et efficace de son mandat ».

 « J’en appelle à la communauté internationale aux fins de la mise en œuvre du communiqué final du Sommet conjoint CEDAO-CEEAC de Lomé par lequel les chefs d’Etat et de Gouvernement ont réitéré l’appel à l’Union Africaine en vue de rechercher avec les Nations-Unies les moyens de lever l’embargo imposé au Gouvernement légitime de la République Centrafricaine », a souligné le Président Touadéra.

Dans le même registre, il a déploré «le maintien de l’embargo sur les armes et munitions à destination des FACA [forces armées centrafricaines], tandis que les groupes  armés continuent  à se réarmer  allègrement  avec  les profits  tirés de l’exploitation illicite  de nos ressources  naturelles  et à commettre  de graves  violences  sur les populations civiles ».

Il a en conséquence annoncé qu’« Au cours de l’année 2019, nous devons poursuivre  les plaidoyers en vue de la levée totale  de l’embargo sur les armes et munitions  à destination  de notre  outil de défense. »

Au plan économique, le chef de l’Etat a également annoncé son intention de continuer à plaider « pour la levée de l’embargo sur les diamants qui prive l’Etat d’importantes ressources », expliquant que cet embargo « est devenu inefficace car les groupes armés exportent les diamants exploités illégalement, grâce aux réseaux et marchés parallèles ».

Faustin Archange Touadéra s’est dit convaincu que  » l’initiative de africaine  pour la paix  et la réconciliation nationale  reste et demeure  la seule voie de sortie de  crise  en République Centrafricaine », ajoutant que le gouvernement y est prêt et continue à travailler avec la communauté internationale « pour finaliser le budget y relatif et déterminer de manière consensuelle la date et le lieu ».

Malgré ces difficultés, le chef de l’Etat demeure optimiste, considérant que « L’année 2019 devra être une année charnière dans la mise en œuvre de la feuille de route de l’Union Africaine en faveur de la paix  et de la réconciliation nationale dans notre pays ».

Il a par ailleurs annoncé plusieurs mesures à caractère social, à savoir notamment le versement de quelques arriérés de salaires pour les fonctionnaires, la lutte contre la cherté des prix, l’appui à la mécanisation agricole et la gratuité ciblée des soins pour les enfants de moins de cinq ans et les femmes enceintes.

Faustin Archange Touadéra a conclu son propos en remerciant les Etat-Unis d’Amérique, la Chine, la Fédération de Russie, la France et la Belgique qui ont rendu cela possible par des « gestes amicaux faits cette année en direction de nos FACA ».

 

Source : Acap

Laisser un commentaire