RCA : derrière les groupes armés se cachent les diamants de sang

0
153


Sur une production de 330 000 carats de diamants entre janvier et septembre 2018, la RCA n’en a exporté et contrôlé qu’un peu plus de 9 000. Un manque à  gagner qui finance les groupes armés selon l’ONU.

Selon un groupe d’experts de l’ONU, le trafic de diamants continue à  financer les groupes armés en Centrafrique. Un constat partagé par Cresson Beninga, porte-parole du groupe de travail de la société civile :

« Les groupes armés ne reçoivent plus seulement l’argent des commerçants de diamant mais ils deviennent aussi des acteurs. Et pour moi, cette conclusion de l’Onu n’est pas surprenante. »

Les groupes armés rejettent de leur côté les accusations des experts onusiens. Le Colonel Djouma Nakoyo, un ancien chef militaire de l’ex-rébellion Seleka, avance comme raison le manque de moyens techniques et financiers nécessaires leur permettant l’exploitation du diamant :

« Le travail du diamant se fait avec de l’argent. Où est-ce que ces groupes vont trouver cet argent pour l’exploiter et financer leurs mouvements ? Ce sont des mensonges. »

La société civile confirme les accusations

Cresson Beninga n’est pas surpris par ce démenti auquel il ne croit pas.

« Ce qu’il dit est de bonne guerre. C’est une guerre de communication et il ne peut pas l’avouer. C’est un argument qui tient du point de vue logistique et technique mais le fait de contrôler ces zones leur donne l’opportunité d’avoir un regard sur tout ce qui se fait. Et à  partir de là , les groupes armés sont aussi un acteur dans ce commerce. »

Source : ABangui

Laisser un commentaire