Niger : près de 300 combattants de Boko Haram neutralisés par une opération de l’armée

0
52

Les autorités nigériennes ont annoncé avoir mis hors d’état de nuire près de 300 combattants de la secte Boko Haram lors d’une opération de ratissage dans le bassin du lac Tchad. Cette opération intervient alors que de l’autre côté de la frontière, l’armée nigériane et les soldats de la force mixte multinationale tentent de rependre du terrain, après plusieurs assauts meurtriers de l’organisation terroriste contre des villages et des bases militaires.

La nouvelle stratégie de lutte contre Boko Haram décidée par les chefs d’Etat de la Commission du bassin du lac Tchad (CBLT) commence à porter ses fruits. Les militaires nigériens qui sont passés dernièrement à l’offensive viennent de neutraliser près de 300 combattants de la secte islamiste affiliée à l’organisation de l’Etat Islamique (EI), qui a multiplié ces derniers mois, ses attaques meurtrières dans plusieurs localités du Niger et surtout du Nigeria, son principal fief.

Lire aussi : La Force armée du G5 Sahel : entre doutes et espoirs !

Dans un communiqué publié le mercredi 2 janvier, le ministère nigérien de la défense nationale, a annoncé que dans le cadre de la lutte contre le groupe terroriste Boko haram, les Forces armées nigériennes (FAN) sont en train de mener une vaste opération de ratissage le long de la rivière Komadougou et sur les îles du Lac Tchad depuis le 28 décembre 2018.

D’après le bilan provisoire établit par la même source à la date du 2 janvier, les actions combinées des troupes au sol et de l’aviation, « a permis de mettre hors d’état de nuire plus de 200 terroristes suite aux frappes aériennes, et 87 autres neutralisés par les troupes au sol ». Par ailleurs, plusieurs véhicules, armes et munitions ainsi qu’une importante quantité de matériel et produits divers ont été récupérés au cours de l’opération, a précisé le ministère dans son communiqué. Les autorités militaires nigériennes affirment qu’au niveau du détachement engagé dans cette opération de ratissage qui a permis d’infliger de lourdes pertes à l’ennemi, « aucune perte, ni en vie humaine ni en matériel n’est à déplorer ».

Lire aussi : Bassin du lac Tchad : les chefs d’Etats sur le pied de guerre contre Boko Haram

Offensive conjointe

C’est l’une des plus importantes opérations de l’armée nigérienne contre Boko Haram depuis que la secte qui a émergé au Nigeria a conduit ses premières attaques au Niger, début 2015. Le gouvernement a depuis placé la région de Diffa, dans le sud-est du pays à la frontière avec le Tchad, le Cameroun et le Nigeria, en état d’urgence.

En dépit des actions conjointes menées avec les forces militaires des autres pays voisins réunies au sein de la Force mixte multinationale (FMN), et qui ont permis un temps d’affaiblir Boko Haram, les assauts de la secte ont repris de plus belle ces derniers mois. Alors que s’approche la prochaine élection présidentielle prévue pour le mois de février, les assauts meurtriers ne cessent de se multiplier et Boko Haram a détruit plusieurs bases militaires au Nigéria et investit plusieurs localités.

Lire aussi : Nigeria : le « général » Buhari remonte au front contre Boko Haram

Face à la situation sécuritaire qui ne cesse de se dégrader, les chefs d’Etat de la CBLT sous l’impulsion du président du Nigéria, Muhammadu Buhari, ont changé de stratégie opérationnelle. A l’issue de plusieurs sommets à N’Ndjamena le 29 novembre dernier puis à Abuja le 15 décembre, Muhammadu Buhari, Idriss Déby et Mahamadou Issoufou ont annoncé de nouvelles mesures destinées à contenir la menace. Depuis, les actions conjointes ne cessent de se multiplier et en plus de l’opération des soldats nigériens et de la FMN dans le bassin du lac Tchad, l’armée du Nigeria a mobilisé d’importants moyens terrestres et aériens pour reprendre les localités pris par Boko Haram.

Source : La Tribune Afrique

Laisser un commentaire