Economie : les promesses des chefs d’Etats africains pour 2019

0
74

Pour boucler 2018, la plupart des chefs d’Etats africains se sont pliés au rituel du discours à la nation. En quelques minutes, ils ont solennellement passé en revue leurs actions, en mettant l’accent sur leurs réussites au cours de l’année écoulée. Pour 2019, ils on élaboré et présenté une kyrielle de mesures en faveur du maintien de leur rythme de croissance où du redressement économique. Décryptage.

La fin de l’année est l’occasion de faire le bilan des réalisations avant de s’attaquer à de nouvelles résolutions. Les chefs d’Etats africains n’échappent pas à la règle, particulièrement en matière d’économie. Leurs discours de fin d’année sont devenus des tribunes permettant à la plupart d’entre eux de passer en revue leurs réalisations avant de dresser leurs priorités de l’année suivante. Avec plus ou moins de détails, une dizaine de chefs d’Etats ont promis pour 2019, des investissements massifs dans l‘électricité, l’agriculture, l’éducation, l’achèvement de gros ouvrages d’infrastructures, mais aussi de lutter contre la corruption pour maintenir ou accélérer la croissance, de réduire l’inflation et de favoriser l’emploi des jeunes.

Lire aussi : Parole de nos experts : ce qu’ils retiennent de 2018 et ce que 2019 promet à l’Afrique

Les présidents du Burkina Faso, de la Côte d’Ivoire, du Sénégal, du Ghana, de la République démocratique du Congo, du Gabon, du Rwanda, du Kenya, de l’Ouganda, de la Tanzanie se sont particulièrement distingués dans cet exercice.

Alassane Ouattara : un programme social global en 2019

Dans son discours à la nation, le président Alassane Ouattara a promis aux ivoiriens que le Programme Social du Gouvernement, à entamer début 2019, abordera toutes les problématiques sociales avec beaucoup plus d’ampleur et de pragmatisme, afin de garantir à tous, des résultats immédiats et durables autour de cinq orientations.

Lire aussi : Côte d’Ivoire : une carotte fiscale pour renforcer l’actionnariat ivoirien dans les entreprises

Il s’agit de fournir aux populations, des services de santé de proximité, et d’améliorer la protection sociale. Ensuite, il prévoit de renforcer les conditions d’accès et de maintien à l’école des enfants de 6 à 16 ans, notamment les jeunes filles, et d’améliorer les conditions d’étude et de vie des étudiants. Un volet sera consacré à l’accès des populations aux logements, à l’eau potable, à l’énergie, au transport, aux biens de grande consommation, d’accroître l’accès des jeunes ainsi que des femmes, à des revenus et à un emploi décent et stable.

« Le Gouvernement présentera, dès le mois de janvier, les détails de ce programme, d’un montant global de 727,5 milliards de F CFA, sur deux ans, qui sera adopté en Conseil des Ministres » a annoncé le chef de l’Etat dans son discours.

En quête d’un second mandat, Macky Sall défend son bilan et promet…

A moins de deux mois des élections présidentielles de 2019, le président Sénégalais a profité du traditionnel discours à la nation du 31 décembre pour dresser le bilan de ses réalisations, avant d’égrener un chapelet de mesures pour maintenir le cap de la croissance économique.

Lire aussi : Plan Sénégal Émergent : Macky Sall met le pied au plancher

Ainsi, le chef de l’Etat a annoncé l’inauguration de la 2ème section de la VDN et des tronçons autoroutiers autour des nouvelles villes et zones économiques (AIBD-Thiès et AIBD-Mbour), dès janvier qui seront suivis du lancement du projet d’autoroute reliant l’ouest au centre du pays. Aussi, en plus des 13 ponts déjà construits, le Sénégal devrait s’enrichir d’autres ponts en construction à Foundiougne, Marsassoum, Fanaye, Wendou Bosséabé et Ganguel Souleh. Le chef de l’Etat va ainsi inaugurer ce 21 janvier, le pont sur le Fleuve Gambie, après avoir réceptionné le 14 janvier, le Train Express Régional, d’une capacité de transport de 115 000 passagers par jour.

« Après le lancement des travaux de reconstruction complète de 5 aéroports régionaux, notre compagnie nationale, Air Sénégal, recevra, ce 31 janvier, à l’aéroport international Blaise Diagne, le premier de ses deux gros porteurs de dernière génération, Airbus 330-900 NEO », a déclaré Macky Sall.

D’importants travaux sont également prévus en 2019 dans les domaines de l’eau, de l’éducation, de l’élevage, de la pêche, de l’agriculture, du tourisme, de l’économie numérique et de l’électricité.

Burkina Faso : un agenda chargé en 2019 promet Kaboré

Alors que le pays est encore sous le choc des attaques terroristes qui l’ont secouées, le Président burkinabé a dans son discours à la nation insisté sur le programme sécuritaire de 2019, avant de parler économie. Face à la nation, le président Roch Marc Kaboré a vanté le succès du premier forum de la diaspora burkinabè qui a permis de poser les jalons d’une réelle prise en compte de ses compatriotes vivant à l’extérieur dans le processus de développement.

Lire aussi : Burkina Faso : Kaboré repart à la conquête du fauteuil présidentiel en 2020 et rassure la diaspora

« Au plan économique, l’année 2019 s’ouvrira avec un agenda très chargé en raison des nombreuses réformes à engager au plan politique avec l’adoption de la Constitution de la 5ème République, et aux plans économique et social pour développer les capacités de résilience de nos populations », a précisé le président burkinabé.

Ces reformes devraient permettre d’améliorer les performances des secteurs public et privé dans la mise en œuvre des plans et programmes de développement.

Depuis le Maroc, Ali Bongo promet d’améliorer les conditions de vie des gabonais

En convalescence au Maroc, le président gabonais s’est néanmoins plié au traditionnel discours de fin d’année. S’exprimant brièvement sur le programme économique de 2019, Ali Bongo a promis d’améliorer les conditions de vie de ses compatriotes.

Lire aussi : Le roi Mohammed VI du Maroc au chevet du président Ali Bongo (Vidéo)

« Il est vrai que j’ai traversé une période difficile, comme cela arrive parfois dans la vie. Cette épreuve, je l’ai surmontée grâce à Dieu, aux personnes qui m’ont entouré, ma famille en particulier, mais aussi grâce à vos témoignages de soutien. Aujourd’hui comme vous pouvez le constater, je vais mieux, et me prépare à vous retrouver très vite », a annoncé Ali Bongo.

Le président Gabonais a ensuite promis de mettre toute son énergie et toutes ses forces au service de son pays et à l’amélioration des conditions de vie au quotidien.

A la nation congolaise, Kabila rappelle les défis à venir

A la veille des élections présidentielles, dans son discours à la nation, le président congolais Joseph Kabila a relevé les nombreux défis sociaux et sécuritaires traversés par le pays, auxquels s’ajoutent ceux économiques. Il estime que ces défis sont liés à la baisse des cours mondiaux des matières premières à laquelle son pays a fait face avec depuis 2017.

Lire aussi : RDC: Joseph Kabila projette déjà son retour au pouvoir !

« Les réformes entreprises ces dernières années ont permis, à notre pays non seulement de relever le niveau des recettes publiques et de l’offre des devises, mais également de relancer la croissance. De 2,4% en 2016, nous sommes passés à 3,7% en 2017, pour clôturer l’année 2018 avec une prévision de 4,2% », explique Kabila à ses concitoyens.

Au Kenya, Uhuru Kenyatta voit 2019 en grand

Au peuple kényan, le président Uhuru Kenyatta promet une continuité dans la lutte contre la corruption en 2019, des réformes politiques et de la gestion des finances publiques.

« Nous avons commencé la mise en œuvre du « Big Four Agenda », à savoir un logement abordable et décent, des soins de santé abordables pour tous, la sécurité alimentaire et nutritionnelle et l’industrie pour créer des emplois, en particulier pour nos jeunes. En 2019, nous commencerons le déploiement de l’enseignement primaire et secondaire gratuit et obligatoire avec une transition vers un taux de 100%. Nous veillerons à ce que chaque enfant termine ses études secondaires », a promis Kenyatta.

Lire aussi : Kenya : le président Kenyatta réduit de moité la taxe sur les produits pétroliers et impose l’austérité au gouvernement

En 2019, il promet également des mesures concrètes afin de dynamiser la croissance des entreprises. « Nous explorerons les politiques à tous les niveaux de gouvernement, y compris la fiscalité, les réglementations, l’accès au crédit et les mesures vous permettant d’adopter les technologies modernes afin d’améliorer votre productivité et votre compétitivité », a-t-il ajouté.

En combinant le programme « Big Four Agenda » avec l’autonomisation des petites entreprises et les réformes de l’enseignement, ainsi que les politiques renouvelées d’union et de lutte contre la corruption, le pays veut réaliser les objectifs socio-économiques de sa Vision nationale 2030.

Akufo Addo entame une nouvelle ère en 2019

Face aux ghanéens, Nana Akufo Addo a d’abord promis une année 2019 faisant la part belle aux systèmes de santé du pays. Ensuite, après avoir salué les performances de son pays dans le secteur agricole, Akufo Addo a énuméré des mesures radicales pour mettre en place des infrastructures agricoles solides. Il promet aussi de s’attaquer au déficit du secteur éducatif avec notamment l’aide du Fonds fiduciaire pour l’éducation du Ghana doté d’un budget de 1,5 milliard de dollars.

« Nous déployons également systématiquement notre politique d’industrialisation. 79 projets ont été mis en œuvre et 35 autres sont soumis à une évaluation par le Ministère du commerce et de l’industrie et des institutions financières qui soutiennent le programme. Dans le cadre du plan de relance économique, 237 millions de dollars ont été versés à 16 entreprises, un soutien supplémentaire à 35 entreprises étant envisagé », a-t-il détaillé.

Lire aussi : Ghana : enfin un budget sans le FMI pour Akufo-Addo

Le processus d’industrialisation du pays sera ainsi accéléré en 2019, selon Nana Akufo Addo. Aussi, le président promet de poursuivre les enquêtes sur les faillites de sept banques, qui peuvent donner lieu à des poursuites éventuelles de la part des organismes publics ghanéens compétents.

En Tanzanie John Magufuli appelle au dur labeur

Pour une bonne partie des tanzaniens, 2019 sera l’année de la réforme économique. Dans son message à la nation du Nouvel An, le président John Magufuli a plaidé pour la solidarité, la paix, l’unité et a appelé les Tanzaniens à s’acharner au travail.

« Je crois que l’économie va se développer en 2019, mais nous devons maintenir la paix et devenir patriotes grâce à un travail ardu », a-t-il déclaré. Un message s’adressant aux fonctionnaires, mais aussi à toutes les catégories socioprofessionnelles du pays à qui il a explicitement demandé de redoubler d’efforts.

Lire aussi : Tanzanie : Magufuli fait plier le géant minier Barrick

« La Tanzanie se dirige vers une époque prometteuse en 2019. Je peux voir une nouvelle Tanzanie se profiler. C’est le bon moment pour prendre une nouvelle dimension », selon Magufuli.

L’emploi des jeunes ougandais, un sacerdoce pour Museveni en 2019

Dans son discours à la nation, le président ougandais Yoweri Museveni a d’abord rendu hommage à toutes les personnes qui ont perdu la vie en 2018. Une bonne partie de son discours a ensuite porté sur l’économie, le développement de l’emploi des jeunes, l’élimination de la criminalité et la promotion de la discipline politique.

Lire aussi : Ouganda : Museveni, vers son sixième mandat et la «présidence à vie»

Autres sujets évoqués par Museveni ont été l’intégration régionale, la corruption, mais aussi de la création de richesse à travers le développement du secteur de l’agriculture en 2019.

Kagame appelle les rwandais à maintenir la cadence en 2019

Au Rwanda où la plupart des indicateurs économiques sont au vert, le président Paul Kagame a encouragé le peuple à continuer de travailler en symbiose pour maintenir le pays sur la voie du développement en 2019. « Certains voisins tentent de raviver la menace des guerres. Cela entrave des progrès par ailleurs satisfaisants dans l’intégration de l’Afrique de l’Est ainsi que dans la sécurité régionale », a-t-il averti.

Lire aussi : Rwanda : le seuil de capital des institutions financières revu fortement à la hausse

Le Président Kagame qui a rappelé les belles performances économiques de son pays en 2018, a de la même manière évoqué les projets phares de 2019 dans le domaine industriel, agricole, des nouvelles technologies entre autres. Il a ainsi exhorté les Rwandais à rester vigilants et de ne pas se relâcher.

Source : La Tribune Afrique

Laisser un commentaire