Centrafrique : Touadera s’en prend aux mercenaires responsables des groupes armés

0
150


BANGUI – Le Président Centrafricain, Faustin Archange Touadera a dans son adresse à  la nation, pointé du doigt la responsabilité des mercenaires qui sont dans les groupes armés qui écument le pays et les accuse comme ceux qui y commettent de désolation. Il a dénoncé leurs actes avant d’inviter la Minusca à  appliquer son mandat vis-à -vis de ces derniers.

Aujourd’hui ce n’est plus un secret de polichinelle sur l’implication des mercenaires dans la crise Centrafricaine. Tous reconnaissent que la plupart des chefs des groupes armés qui sévissent en Centrafrique sont des étrangers. Un fait dénoncé depuis la prise de pouvoir de l’ex-coalition Séléka en 2013.

Le président Touadera n’est pas allé avec le dos de la cuillère pour pointer du doigt la responsabilité des étrangers leaders de certains groupes rebelles se réclamant de l’ex-coalition Séléka. Il regrette que ces groupes armés, pourtant associés à  la gestion du pouvoir à  la sortie des élections, continuent à  endeuiller la population, « Prenant prétexte du retard dans la mise en œuvre du DDRR et du dialogue politique, certains groupes armés ont, non seulement repris les exactions sur les populations, mais aussi procédé au recrutement de mercenaires et à  la conquête d’autres localités, alors que je les ai associés à  la gestion du pouvoir par la politique de la main tendue », regrette-t-il.

Pour lui, la présence des mercenaires dans le pays est aujourd’hui une question géopolitique et géostratégique, « ces prétextes ne sauraient suffire à  dissimuler l’intention des forces du mal de perpétrer la violence pour en tirer des intérêts égoïstes, et satisfaire ceux des officines secrètes qui, pour des raisons géopolitiques et géostratégiques, œuvrent inlassablement à  la déstabilisation de notre pays » a indiqué le Chef de l’Etat.

Ces crimes commis aujourd’hui sont le fait « des groupes armés qui sont hostiles à  la paix et à  la restauration de l’autorité de L’État, vous l’aurez remarqué, sont essentiellement ceux créés et dirigés par des mercenaires étrangers. Au cours de l’année 2018, les bandes criminelles, dirigées par ces ennemis de la République ont continué, sous de prétextes fallacieux, de commettre des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité tels que les assassinats, les meurtres, les mutilations, les viols, les incendies de maisons d’habitation et des édifices religieux, la destruction des récoltes, les pillages, les déplacements forcés des populations », a dénoncé le président Centrafricain.

Le chef de l’Etat soutien qu’il n’y a plus de doute que « ces mercenaires exécutent un plan ignoble de prédation, d’extermination de notre peuple et de conquête de notre territoire, sinon, de sa partition. Malheureusement, ils le font avec la complicité de certains fils du pays ».

Pour le président, la justice nationale et internationale les attrapera un jour.
Faustin Archange Touadera invite la Minusca à  s’assumer. « Mais d’ores et déjà , au vu de la gravité de la situation, j’invite la Minusca à  prendre la mesure du danger qui guette la survie de la République Centrafricaine, menace la sécurité et la stabilité de la sous-région, et à  faire de l’année 2019 un tournant décisif dans l’exécution effective et efficace de son mandat, en vue du rétablissement de la paix, de la stabilité et de la sécurité sur l’ensemble du territoire.», souhaite-t-il.

Plusieurs localités du pays sont sous contrôle de ces groupes armés dirigés par des mercenaires alors que l’Union Africaine prépare un dialogue pour leur permettre de discuter avec le gouvernement.

Source : ABangui

Laisser un commentaire