Sécurité: les russes vont continuer a aguerrir les faca a Berengo

0
96


 » je me réjouis de la dernière résolution du Conseil de Sécurité des Nations Unies autorisant la poursuite de la formation complémentaire portant sur l’utilisation des armes ainsi que l’aguerrissement de nos bataillons par les instructeurs militaires russes » (extrait du message du Président Touadera à  la nation centrafricaine).
Sur le plan sécuritaire, les redéploiements conjoints de nos forces de défense aux côtés de la MINUSCA dans les villes de Bouar, Paoua, Dékoa, Bambari, Obo, Sibut et Bangassou ainsi que des forces de sécurité intérieure dans les zones ciblées, ont permis de stabiliser la situation sécuritaire dans ces localités.
Pour renforcer la capacité de nos forces de défense et de sécurité, nous avons procédé au déploiement des 500 Gendarmes et Policiers recrutés et formés. Dans ce cadre, 1000 Gendarmes et Policiers seront recrutés et formés en 2019.
Au surplus, nous avons lancé, avec le soutien de la MINUSCA, la procédure de recrutement, sur l’ensemble du territoire, de 1023 jeunes militaires qui seront formés dès le début de l’année 2019.
Ces recrutements se poursuivront dans les quatre années à  venir, dans le cadre de la mise en œuvre de la loi de programmation militaire, pour la période 2019-2023 que je viens de promulguer.
Je reste convaincu que le lancement du grand DDRR, sur le site pilote de Paoua, avec les sept groupes armés, permettra de réduire les violences dans les zones occupées par ces derniers.
Au seuil de cette nouvelle année, je demande instamment aux autres groupes armés qui se sont mis à  l’écart de ce processus, de revenir à  la raison, car il n’y a pas une alternative au DDRR. Le peuple centrafricain a déjà  trop souffert de leur duplicité.
Au cours de l’année 2019, nous continuerons, parallèlement au DDRR, à  assurer la formation de nos FACA par l’EUTM-RCA. A cet égard, je me réjouis de la dernière résolution du Conseil de Sécurité des Nations Unies autorisant la poursuite de la formation complémentaire portant sur l’utilisation des armes ainsi que l’aguerrissement de nos bataillons par les instructeurs militaires russes.
Je déplore cependant le maintien de l’embargo sur les armes et munitions à  destination des FACA, tandis que les groupes armés continuent à  se réarmer allègrement avec les profits tirés de l’exploitation illicite de nos ressources naturelles et à  commettre de graves violences sur les populations civiles.
Au cours de l’année 2019, nous devons poursuivre les plaidoyers en vue de la levée totale de l’embargo sur les armes et munitions à  destination de notre outil de défense.
J’en appelle à  la communauté internationale aux fins de la mise en œuvre du Communiqué final du Sommet conjoint CEDEAO-CEEAC de Lomé, par lequel les Chefs d’Etat et de Gouvernement ont réitéré l’appel à  l’Union Africaine en vue de rechercher avec les Nations-Unies les moyens de lever l’embargo imposé au Gouvernement légitime de la RCA ».

Source : ABangui

Laisser un commentaire