Centrafrique : Le gouvernement table sur plus de 215 milliards de FCFA pour restaurer l’armée sur cinq prochaines années

0
109


BANGUI –Cible d’une attaque le 31 décembre 2018, la ville de Bakouma dans le sud-est du pays a perdu sa figure identitaire et culturelle, le Sultan de Bakouma Hervé Madambari.

Le bilan de cette attaque fait état de quatre personnes tuées dont le Sultan et deux autres personnes grièvement blessées, selon des sources hospitalières depuis Bangassou, ville voisine.

Certains dignitaires de Bangassou contactés par le RJDH confirment la mort du Sultan de Bakouma Hervé Madambari le 31 décembre 2018 des suites de ses blessures lors de l’attaque de Bakouma, orchestrée par des rebelles: « Suite à  l’attaque menée par le FPRC avec des éléments lourdement armés en provenance de Bria et Nzacko, le Sultan de Bakouma, Hervé Madambari était grièvement blessé. Rapatrié à  Bangassou dans les après-midi, où il est admis à  l’hôpital général de Bangassou, il y succombe quelques heures après », a fait savoir au RJDH une autorité locale de Bangassou.

La ville de Bakouma pour l’instant est coupée de réseau téléphonique. Des sources ayant réussi à  quitter Bakouma pour Bangassou suite à  ces attaques rapportent que cette attaque est intervenue suite aux rumeurs qui circulaient bien avant dans la ville de Bakouma à  partir de vendredi 28 décembre 2018, laissant croire que les ex-Séléka du FPRC se sont regroupés massivement à  Nzacko pour mener une attaque sur la ville.

« C’est à  4h du matin de la nuit du 30 au 31 décembre 2018 que l’attaque a été finalement menée avec des armes automatiques avec des lance-roquettes, des DKM, des Kalachnikov et autres. Le bilan provisoire fait état de quatre morts dont le Sultan de Bakouma, Hervé Madambari et deux autres cas de blessés graves évacués au niveau de Bangassou » a témoigné au RJDH un habitant de la ville qui a pu rejoindre Bangassou.

Pour l’instant, rapporte un notable de Bangassou, « les lignes de réseaux téléphoniques à  Bakouma ne sont plus opérationnelles, ce qui rend difficile la tâche de faire un bilan exact de ce qui s’est passé. Nous avons aussi appris que Bangassou est dans leur ligne de mire».

Contacté par le RJDH, la Minusca déplore l’attaque armée contre la sous-préfecture de Bakouma située à  150 Km de Bangassou par le FPRC, l’UPC et des fulanis (une ethnie peulhe) venus de Nzacko. Une patrouille conjointe MINUSCA-FACA a immédiatement été dépêchée sur place en vue d’assurer la protection des civils qui sont en fuite vers Bangassou. La ville est totalement déserte.

Pour le moment, aucune information n’est encore disponible sur qui contrôle réellement la ville.

Source : ABangui

Laisser un commentaire