Cameroun  : l’IDA accorde un prêt de 52,7 milliards Fcfa alloué à l’éducation

0
45

L’Association internationale de développement va débloquer en faveur du Cameroun, 52,7 milliards de francs CFA. Le ministre camerounais de l’économie, de la planification et de l’aménagement du territoire a été autorisé par le président Paul Biya pour signer l’accord de financement avec l’institution.

Le Cameroun va bénéficier auprès de l’Association internationale de développement de la Banque mondiale (IDA) d’un crédit de 57 milliards de francs CFA. C’est le chef de l’Etat camerounais, Paul Biya, qui apporte l’information ce début de semaine, dans un décret autorisant son ministre de l’économie, de la planification et de l’aménagement du territoire à signer un accord en ce sens avec l’institution. Selon le décret, cette enveloppe est destinée au secteur de l’éducation. Les fonds serviront notamment au financement du Programme d’appui aux réformes de l’éducation au Cameroun (PAREC), indique la même source.

Lire aussi : Madagascar : 100 millions de dollars pour améliorer l’apprentissage dans l’éducation de base

Devant couvrir la période 2018 à 2022, le PAREC s’articule autour du recrutement des enseignants au primaire, de la formation des enseignants au nouveau curriculum, des livres et acquis scolaires, du système d’information sur la gestion de l’éducation et sur le développement du préscolaire.

Les régions de l’Ouest et du Nord-Ouest ciblées

La mise en œuvre du PAREC couvrira les zones d’éducation prioritaire (ZEP). Dans ces régions (peuplées de certaines populations marginales dont les pygmées et bororos), le programme permettra de renforcer le pilotage au niveau du secteur et d’améliorer l’équité et la qualité de l’enseignement primaire.

Lire aussi : «Africa Convergence» : Soft Power, éducation, formation,… L’Afrique des talents au cœur des débats

Une attention particulière sera accordée aux zones défavorisées définies sur la base des besoins, précisent les sources proches du gouvernement qui ajoutent que le PAREC vient également soutenir la mise en œuvre des réformes prévues par l’Etat dans la stratégie du secteur de l’éducation et de la formation.

Source : La Tribune Afrique

Laisser un commentaire