vendredi, mars 22, 2019
Accueil Societé Centrafrique : L’Affaire d’arrestation de Patrice Edouard Ngaissona divise des Anti-Balaka

Centrafrique : L’Affaire d’arrestation de Patrice Edouard Ngaissona divise des Anti-Balaka

0
92

BANGUI, 28 décembre 2018 (RJDH)—Depuis l’arrestation du Coordonnateur général du mouvement Anti-Balaka, Patrice Edouard Ngaissona le 12 décembre 2018 à Paris, les scissions entre les deux tendances Anti-Balaka sont visibles sur les questions du DDRR et du départ des ministres issus de leurs rangs du gouvernement.

Une journée après l’arrestation du leader des Anti-Balaka, les deux branches dudit mouvement ont automatiquement réagi le 13 décembre pour dénoncer cette arrestation de l’un de ses principaux chefs, Patrice Edouard Ngaissona, poursuivi par la Cour Pénale Internationale(CPI) et appellent leurs représentants à se retirer du gouvernement et du comité de l’opération de démobilisation, désarmement et réinsertion(DDR).

La consigne de la coordination générale a été respectée par Domata Dieudonné, Coordonnateur des opérations du Mouvement et Feïzona Olivier, Chef d’Etat-major tous les deux ont quitté le comité du DDR pour prouver leur solidarité à leur Chef arrêté. Même son de cloche chez l’aile Mokom Maxim qui se rallie à la base pour retirer systématiquement ses deux représentants au sein du comité DDR.

Une prise de position qui ne passe pas chez les deux représentants dans le gouvernement dont l’un ministre des Arts, de la Culture et du Tourisme, Jacob Mokpem Bionli (Coordination générale) et l’autre ministre chargé du Secrétariat Général du gouvernement, Jean- Alexandre Dedet (Aile Mokom) qui font le sourd d’oreille pour garder leurs postes ministériels.

Pour Béranger Ludovic Igor Lamaka, porte-parole de la coordination générale, il y’a pas une véritable division au sein du mouvement. Il considère les autres chefs dudit mouvement qui ont aussi organisé une conférence de presse pour réaffirmer leur soutien au Président Touadéra d’une bande d’escroc « je confirme qu’il y’a pas une division dans notre mouvement, sauf la branche aile Mokom qui par rapport à l’arrestation du Coordonnateur général a décidé de se rallier à la base pour une décision commune, mais les autres qui font le bruit un peu partout sont des escrocs qui courent derrière l’argent. Nous sommes claires sur notre position qui est de se retirer du comité du DDR mais les deux ministres fuient la base après la demande de leur retrait par la coordination générale », a précisé le porte-parole de la coordination générale.

L’ex coordonnateur général des Anti-Balaka, Patrice Edouard Ngaissona a été arrêté le 12 décembre 2018 par les autorités françaises conformément à un mandat d’arrêt ému par la CPI le 07 décembre 2018.Il n’est pas encore extradé à la Haye.

Source : RJDH

Laisser un commentaire

WP Facebook Auto Publish Powered By : XYZScripts.com