Cameroun  : l’Indien Wpil mise 34 milliards Fcfa dans l’adduction de l’eau potable

0
63

D’après le ministère camerounais de l’eau et de l’énergie cité par la presse locale, la société indienne Wpil va investir une somme de 34 milliards de francs CFA pour la réalisation d’un projet d’adduction d’eau potable. Les fonds financeront la construction des systèmes d’approvisionnement en eau potable dans 20 centres semi-urbains du Cameroun.

Le ministère camerounais de l’eau et de l’énergie vient de signer un contrat commercial avec la société indienne Wpil Ltd portant sur un projet d’adduction d’eau potable. Selon la presse locale qui cite ledit ministère, le géant asiatique va investir sur la base de ce contrat, une enveloppe de 34 milliards de francs CFA dans la conception, la réhabilitation et la construction des systèmes d’approvisionnement en eau potable dans 20 centres semi-urbains du Cameroun.

Lire aussi : Maroc : un crédit de l’AFD pour l’amélioration de l’accès à l’eau potable dans les provinces du nord

Les travaux se feront sur un période prévisionnelle de 18 mois. « Nous allons commencer par l’étude de faisabilité et ensuite la phase réalisation va prendre effet », a laissé entendre Nkah Godlove Forlack, patron du groupe Nkah Engineering, partenaire local de la firme indienne Wpil.

Renforcer l’accès à l’eau potable

Si aucun détail n’a été donné concernant la quantité d’eau que traiteront les centres d’approvisionnement que va construire Wpil, on est au moins certain qu’ils contribueront à renforcer l’accès à l’eau potable qui constitue un gros défi pour le Cameroun.

En effet, au Cameroun, selon les données de la Cameroon water utilities corporation (CAMWATER), l’entreprise publique de production d’eau potable, la capacité de production d’eau du pays est de 731.080 m3 par jour. Ce qui permet un taux d’accès à l’eau potable actuellement d’à peine 40%. Pour y remédier, les autorités envisagent d’accroître les capacités de stockage et de traitement pour atteindre un taux d’accès de 75% en 2020. Ainsi, le projet de Wpil est d’une importance capitale.

Lire aussi : Multinationales à la barre : 10 litiges qui ont marqué 2018 en Afrique

« Ce projet est aussi un appui aux efforts du gouvernement pour l’amélioration du niveau d’accès aux services d’eau potable et d’assainissement », a commenté le ministre camerounais de l’eau et de l’énergie, Gaston Eloundou Essomba.

Aussi, le responsable a-t-il confié avoir apprécié la démarche de l’entreprise indienne qui a insisté sur « l’efficacité mais surtout la qualité du travail qui sera livré ».

Source : La Tribune Afrique

Laisser un commentaire