Tchad : Seïd, un fils d’Idriss Déby à la tête de la société d’hydrocarbures

0
89

A la compagnie chinoise CNPCIC, on se souvient de lui comme d’un apporteur de contrariétés dans les affaires. Sous couvert d’une lutte pour l’égalité dans les postes de responsabilité, le fils Deby est l’homme par qui a provoqué la houle qui a balayé le directeur général chinois de cette joint-venture sino-tchadienne. Aujourd’hui, après avoir été le Directeur général adjoint la Société de Raffinage de N’Djaména (SRN), Seïd Deby Itno prend du gallon. Dans un décret, son père le nomme directeur général de la Société des Hydrocarbures du Tchad (SHT).

Aux âmes sous couvertes d’une autorité paternelle bien assise, la valeur n’attend point le nombre d’années. Quatrième fils du président tchadien, Seïd Déby occupe depuis ce lundi 24 décembre 2018, le poste de Directeur général de la Société des Hydrocarbures du Tchad (SHT), une société à capitaux publics pesant de plus de 150 milliards de dollars de chiffre d’affaires annuel.

Lire aussi : France-Tchad : pour son second « noël africain », Macron s’est invité chez Déby

Un cadeau de Noël anticipé pour le fils d’Idriss Déby confirmé par un décret présidentiel lu sur les ondes de la radio nationale tchadienne. A son nouveau poste, le jeune homme remplace Tahir Hamid Nguilin, ancien cadre supérieur de la Banque des Etats de l’Afrique Centrale (BEAC). Ce dernier devra céder son immense bureau de la Rue Farcha à N’Djamena à Deby-fils.

Un argentier bien placé dans le jeu de succession

Avant son nouveau gallon, Seïd Idriss Déby Itno officiait en tant qu’adjoint à la direction générale de la Société de raffinage de N’Djaména (SRN) qui a la gestion de la raffinerie de Djarmaya. Un poste auquel il s’est illustré par un fait d’armes que la China National Petroleum Corporation (CNPC), actionnaire à 60% des capitaux de la raffinerie, n’est pas prête d’oublier. Le trublion fils est en fait un apporteur de contrariétés dans les affaires!

En septembre 2018, Seïd Idriss Déby Itno a été au centre d’une violente passe d’armes entre l’Etat et la société chinoise. Le quatrième fils de Déby s’est opposé au directeur général chinois sur la question d’une « tchadisation» d’une partie des ressources humaines de la raffinerie notamment aux plus hauts postes de responsabilité. Il avait fini par obtenir le limogeage du directeur général après que l’accrochage a privé N’Djamena de fournitures en hydrocarbures pendant plusieurs semaines.

Lire aussi : Présidentielle en Libye : la lettre de Saïf al-Islam Kadhafi à Poutine

Aujourd’hui, Seïd Idriss Déby prend les rênes de la société publique des hydrocarbures. Désormais, il règne sur la prospection, la recherche, le développement, la production, le raffinage, le transport et la distribution de tous les produits d’hydrocarbures extraits au Tchad. Une argenterie qui le place presque à jeu égal avec ses frères Zakaria Déby, conseiller à la présidence ou encore Mahamat « Kaka », dans l’armée, dans le jeu de succession à leur père, dans une Afrique centrale où la «règle salique» veut souvent que le fils succède au patriarche.

Source : La Tribune Afrique

Laisser un commentaire