Togo : le pouvoir remporte les législatives avec trois sièges en moins

0
126

Il faudra attendre la proclamation officielle de la Cour constitutionnelle dans les huit jours pour donner un cachet définitif. Mais de l’annonce de la Commission électorale indépendante togolaise, il ressort que le parti présidentiel s’offre une majorité confortable, même avec un score très légèrement en baisse. Le Parlement ouvre également ses portes à des partis d’opposition mais également à des indépendants censés équilibrer les débats dans l’hémicycle.

En attendant leur validation par la Cour constitutionnelle, les résultats ne sont encore que provisoires. Trois jours après le vote, la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) a proclamé les premiers résultats des élections législatives du 20 décembre 2018.

Même si le scrutin s’est déroulé dans un calme relatif, le boycott de la coalition C14 et les appels à ne pas se déplacer des mouvements citoyens, prescripteurs religieux et société civile, ont eu leur petit effet sur les urnes. C’est finalement un scrutin où il n’y a pas eu foule, où le taux de participation s’est établi à 59,25 % contre 66,06 % lors des législatives de 2013.

Sorti en tête d’un scrutin boycotté par une partie de l’opposition, le parti présidentiel, l’Union pour la République(Unir), rafle 59 sièges sur les 91 à pourvoir au sein du Parlement. C’est 3 sièges en moins que les 62 qu’il avait remportés lors des précédentes législatives. Les six partis d’opposition qui ont participé au scrutin, ainsi que les six listes indépendantes, se partagent les 32 sièges restants à pouvoir.

Un scrutin qui consacre les indépendants

Avec 6 sièges, l’Union des forces de changement(UDFC) de Gilchrist Olympio devient le premier parti d’opposition. A égalité avec 3 sièges, le Nouvel engagement togolais (Net), le Mouvement patriotique pour la démocratie et le développement (MPDD) suivent pour équilibrer les débats au sein de l’hémicycle. D’un autre côté, le Mouvement des républicains centristes (MRC) et le Parti démocratique panafricain (PDP) raflent chacun un siège.

Avec 850 candidats répartis sur 130 listes dont 105 des partis politiques, les résultats transmis par la Ceni consacrent aussi les 25 listes indépendantes en lice. Ces derniers ont raflé 18 sièges. Dans une certaine mesure, ils représentent un vote-refuge des électeurs lassés de la politique politicienne entre les offres du pouvoir et de l’opposition.

Désormais, c’est sur la légitimité de l’Assemblée nationale que les questions fusent. Sur un fichier électoral de 3,1 millions d’électeurs, quelque 1,8 million seulement se sont effectivement rendus dans les 8 498 bureaux de vote. En retranchant les 118 000 bulletins nuls dans un total de 30 circonscriptions, les 91 députés du Parlement n’ont été choisis que par 1,7 million d’électeurs.

Source : La Tribune Afrique

Laisser un commentaire