Échanges entre responsables des mairies de Bangui, Bimbo et Begoua et la MINUSCA

0
44


La sécurité et le nouveau mandat de la MINUSCA, approuvé le 14 décembre dernier, ont été abordés lundi dans la capitale centrafricaine lors d’une rencontre entre les responsables municipaux de Bangui, Bimbo et Bégoua ainsi que des organisations de la société civile et le Représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies en République centrafricaine, Parfait Onanga-Anyanga.

“L’une des nouveautés de la résolution 2448 du Conseil de sécurité des Nations Unies qui établit le mandat, c’est la coopération entre la MINUSCA et les Forces armées centrafricaines (FACA)â€�, a indiqué le Représentant spécial, précisant que cette coopération prévoit notamment un appui logistique aux déploiements coordonnés. “Nous avons cette responsabilité d’accompagner le travail des forces de défense et de sécurité, c’est à  dire les FACA mais aussi les policiers et les gendarmesâ€�, a dit le Chef de la MINUSCA.

Parmi les tâches prévues, le Représentant spécial a cité la protection des populations civiles “qui reste au centre du nouveau mandatâ€� et la réduction de la présence et la menace des groupes armés. “C’est un travail difficile qui va se poursuivre dans un contexte budgétaire serré, d’où la décision de mettre l’accent sur le renforcement des capacités des Centrafricainsâ€�, a-t-il dit, avant d’appeler à  â€œl’engagement de tousâ€� à  travers le dialogue. Tout en rappelant les conditions du recours à  la force par la MINUSCA, il a précisé “qu’il y aura des conséquences au non-respect de l’accord de paix que l’on espère pour 2019â€�.

Pour sa part, le Président de la délégation spéciale de la ville de Bangui, Emile-Gros-Raymond Nakombo, s’est engagé à  travailler avec les maires des huit arrondissements de la capitale à  chercher des solutions aux problèmes de sécurité, notamment au KM5. En plus des maires des huit arrondissements de Bangui, leurs homologues de Bégoua et de Bimbo ainsi que des représentants d’associations telles que la Ligue centrafricaine des droits de l’homme et le Conseil national de la jeunesse ont pris part à  la réunion de ce lundi.

Lors de la rencontre, la MINUSCA a expliqué son plan en cours pour la sécurisation de la ville de Bangui qui est assuré par l’Etat-major intégré de la Mission, avec notamment des patrouilles 24 heures sur 24 et sept jours sur sept ainsi que les gardes statiques autour des lieux de culte dans certains quartiers lors de cérémonies religieuses. Les autres points abordés ont porté sur les initiatives locales de facilitation du retour des personnes déplacées à  Bangui et les projets à  impact rapide pour Bangui, Bimbo et Bégoua pour la période 2017-2018. “Les projets à  impact rapide, qui disposent d’un budget global de trois millions de dollars, aident aussi à  soutenir les efforts de paix sur le plan localâ€�, a souligné le Représentant spécial.

Les participants ont interpelé la MINUSCA sur les derniers événements à  Alindao, sur la situation au KM5, dans le 3e arrondissement ainsi que sur les changements attendus avec la mise en œuvre de son nouveau mandat, particulièrement en termes de protection des populations civiles.

Source : ABangui

Laisser un commentaire