Faustin Archange Touadera lance officiellement le « Grand » DDRR

0
55


Le Président Faustin Archange Touadera a officiellement lancé ce lundi 17 novembre à  Paoua, le programme de désarmement des groupes armés dénommé, le « grand » DDRR. Le lancement s’est effectué en présence des autorités locales, des représentants de la communauté internationale et de la population.

C’est un pari du Chef de l’Etat centrafricain qui se met progressivement sur les rails après plus de 2 années au pouvoir. Après le projet pilote qui a permis la récolte de quelques armes automatiques et de fabrication artisanale, c’est au tour du vaste programme, dénommé le « grand DDRR » de s’exécuter.

Pour exprimer leur adhésion au processus lancé, les groupes armés actifs dans la région ont remis symboliquement chacun, une arme à  Faustin Archange Touadera. Il s’agit de l’Union des Forces Républicaines (UFR), la Révolution Justice de l’ancien ministre Armel Sayo et celle de Bélanga.

Ce programme a été lancé dans un contexte d’insécurité dans plusieurs régions du pays, contrôlées à  plus de 60% par des groupes armés. Le « grand » DDRR se poursuivra dans plusieurs autres localités alors que certains mouvements armés semblent réticents au programme qu’ils conditionneraient à  l’issue du dialogue en préparation par l’Union Africaine avec Bangui.

Même si sur le terrain, la volonté a été prouvée avec cette remise symbolique des armes au Chef de l’Etat à  Paoua, il n’en demeure pas moins que des voix s’élèvent contre l’organisation de cette cérémonie. C’est le cas par exemple de RJ, aile Bélanga dont certains responsables à  Bangui se sont dits surpris de ne pas être informés du déplacement du Président de la République et de sa suite. Ils dénoncent des irrégularités dans la mise en œuvre du programme. « Je dénonce avec force ces menées frauduleuses et mafieuses, car en vérité, ces personnalités sont parties de Bangui avec des jeunes à  qui des armes ont été distribuées, pour le jour venu, faire croire que la RJ/Belanga a fait le désarmement alors qu’en réalité, il n’en sera rien pour la simple bonne raison que les principaux responsables sont absents » a indiqué Esaïe Malékian Toby, président de cette faction dans un communiqué.

Le « grand » DDRR est lancé à  Paoua, une ville de la préfecture de l’Ouham Pendé alors que plusieurs localités de ladite préfecture sont encore contrôlées ou menacées par des hommes armés. C’est le cas de Bocaranga où les groupes armés sont hostiles au redéploiement des forces armées Centrafricaines (FACA). C’est aussi le cas de Koui, Ngaoundaye contrôlées par les 3R.

Financé par la communauté internationale, le programme peine encore à  mobiliser certains groupes armés. Le FPRC de Nouredine Adam qui contrôle le nord-est ne s’adhère pas toujours à  ce processus. Les Antibalaka en guise de protestation à  l’arrestation de leurs leaders ne semblent pas motivés de continuer le processus. Néanmoins le train est en marche.

Source : ABangui

Laisser un commentaire