jeudi, juin 27, 2019
Accueil Societé Centrafrique : Une fille grièvement blessée à l’aide d’une machette au niveau...

Centrafrique : Une fille grièvement blessée à l’aide d’une machette au niveau du crâne par son mari à Bossongo

0
141

BANGUI, le 19 Décembre 2018, (RJDH)—Une femme d’une trentaine a été grièvement blessée à l’aide d’une machette par son mari à Bossongo, axe Mbaïki. L’acte a eu lieu dans la nuit du dimanche 16 à lundi 17 décembre dernier.

La fille est âgée d’une trentaine d’année et vivait ensemble avec son mari à Bossongo-croisement sur l’axe Mbaïki. Les faits remontent au moment où le jeune homme demandait à la femme de quitter sa maison, et sa décision n’a pas été suivie par la suite.

C’est dans la nuit du dimanche à lundi selon le témoignage du cadet de la victime, que l’auteur a pris une machette et a commencé à porter des coups, laissant des plaies sur son corps, « il a pris la machette et a commencé alors à porter des coups pour la tabasser. Elle a reçu un coup derrière la nuque, ses doigts sont coupés ainsi que des coups à la tête », a témoigné Aubin, le frère cadet de la victime.

« Son index droit a été amputé, avec deux traces de la machette sur sa main. Deux autres plaies dont une, a fait plus de 17 centimètres de long. Cette plaie une fois reliée, forme un triangle sur le crâne. L’autre plaie se situe au niveau de la nuque à environs 15 centimètres. C’est à l’hôpital Communautaire de Bangui au service de traumatologie qu’elle est présentement admise pour des soins » ajoute-t-il.

Le malfrat après avoir commis l’acte, a pris fuite dans la brousse avant d’être rattrapé par les habitants de Bossongo dans la brousse. Il a été remis à la gendarmerie locale le lundi 17 décembre 2018.

Selon l’article 69, 70 et 71 du code pénal de la République Centrafricaine, : « Quand les violences prévues aux articles précédents auront été suivies de mutilation, amputation ou privation de l’usage d’un membre, cécité, perte d’un œil, ou autres infirmités permanentes, le coupable sera puni de deux à dix ans de prison et de 100.002 à 500.000 francs d’amende ».

Les violences faites aux femmes continuent d’exercer dans la localité de Bossongo, route de Mbaïki. Un fait remonte en septembre dernier où une femme a été assassinée par des habitants de Bokanga à 17 km de Pissa

Source : RJDH

Laisser un commentaire

WP2FB Auto Publish Powered By : XYZScripts.com
%d blogueurs aiment cette page :