Madagascar : l’ombre de l’abstention plane sur le duel des «ex»

0
161

Même si tous les tee-shirts et pancartes à l’effigie des deux candidats ne sont pas définitivement rangés, la campagne électorale est terminée depuis ce lundi 17 décembre à minuit. Ce mercredi 19 décembre, les 10 millions d’électeurs devront trancher le duel des ex-présidents, entre Andry Rajoelina et Marc Ravalomanana. Toute la question est de savoir quelle proportion d’électeurs va se déplacer effectivement dans les bureaux de vote.

Sur la Grande-Île, on ne s’attend pas à de longues files devant les bureaux de vote. Après la clôture de la campagne électorale, les 10 millions d’électeurs devront voter pour choisir leur président entre les qualifiés au second tour Andry Rajoelina et Marc Ravalomanana. Mais l’engouement n’est pas au rendez-vous.

Organisé «unilatéralement» par la Céni selon la société civile, le débat télévisé a marqué par les attaques et ripostes de deux candidats qui n’ont pas vraiment développé leur projet de société. Résultat, la polarisation du débat autour de la rivalité de la crise post-électorale de 2009, a refroidi une partie de l’électorat encore hésitant à se déplacer dans les bureaux qui devraient ouvrir au petit matin de ce mercredi.

Lire aussi : Madagascar : la « revanche » entre Ravalomanana et Rajoelina aura bien lieu

Le taux de participation au second tour est donc à observer de très près. De son chiffre dépendra peut-être la légitimité du prochain locataire du Palais Présidentiel Iavoloha. La violence que craignait la communauté internationale au point d’écarter les deux hommes qui s’opposent au second tour, risque d’éclater en cas de contestation d’un des deux camps. Un inlassable scénario auquel la Grande-Île est habituée et dont elle se lasse.

Désillusion de l’électorat

Lors de la dernière présidentielle, le taux d’abstention avait effleuré un record historique : 39% au premier tour puis 50% au second. Le scrutin avait été remporté par Hery Rajoanarimapianina, soutenu par Andry Rajoelina contre Robinson Jean Louis, le candidat qui avait les faveurs de Marc Ravalomana. Pourtant, rien ne laisse penser que maintenant que leurs mentors sont descendus dans l’arène politique, la configuration reste la même.

Le premier tour du 7 novembre avait enregistré une abstention de 46,05%, sept points que lors de la dernière échéance. Cela laisse transparaître qu’une certaine désillusion gagne l’électorat, sous l’effet d’un non renouvellement des principaux acteurs de la politique malgache. La présence de nouvelles candidatures indépendantes à l’entame du scrutin n’a pas encore changé la donne.

Lire aussi : Jean Ping harangue la rue en l’absence d’Ali Bongo

Les spécialistes tablent sur une abstention qui pourrait monter à plus de dix points au dessus des 50% de la précédente présidentielle. Les urnes le diront au moment de la publication des résultats.

Source : La Tribune Afrique

Laisser un commentaire