Centrafrique : Les Antibalaka réaffirment leur soutien au Président TOUADERA et à  l’initiative de l’Union Africaine pour la paix en RCA

0
159


Face à  la manipulation des ennemies de la République qui ont voulu saisir l’occasion de l’arrestation et le transfèrement a la Cour pénale internationale (CPI) de Patrice Ngaissona, ex Coordonnateur national du mouvement Antibalaka que les leaders dudit mouvement sont montes au créneau pour réaffirmer haut et fort leur soutien au Chef de l’Etat Faustin Archange TOUADERA et a l’initiative de l’Union Africaine pour la paix en Centrafrique. Les Antibalaka ont saisi l’opportunité pour rejette toute sorte de manipulation tendant à  les opposer au pouvoir de Bangui et maintiennent leur engagement au processus de DDRR, RSS et de la Réconciliation nationale (RN).

Voici ci-dessous l’integralite du propos liminaire de la Conférence de presse relative à  l’arrestation de Mr Patrice Edouard NGAà�SSONA par la CPI.

Dans une procédure séparée, relative à  la situation qui prévalait en RCA après 2012 et celle du 21 décembre 2004, le procureur de la Cour Pénale Internationale (CPI) a ouvert depuis le 24 septembre 2014, pendant la transition, une enquête sur les incidents et les graves allégations de crimes commis en RCA depuis la fin de l’année 2012.

C’est dans cette optique, que la Cour Pénale Spéciale (CPS) a été créée au sein de l’ordre judiciaire centrafricain. Avec son siège à  Bangui dont la loi prévoit déjà  que lorsqu’il est établi, que le procureur de la CPS est opérationnel.

La Cour Pénale Internationale (CPI) doit se dessaisir d’un cas d’une manière temporelle, pour éviter le chevauchement dans leur fonctionnement respectif.

L’article 3 de sa loi organique précise que la Cour Pénale Spéciale est compétente pour juger les violations graves des droits humains et celles du droit international humanitaire commises en République centrafricaine. Les violations telle que définies par le Code Pénal Centrafricain.

En vertu des obligations internationales contractées en matière de droit international notamment :
 Les crimes de génocides, de guerres ;
 les crimes contre l’humanité.
S’il y a suffisamment des preuves pour que l’accusé soit jugé.
Mais, on constate avec amertume que la CPI fait obstruction au rôle de la CPS. D’abord par l’arrestation de l’honorable Alfred Rhombo YEKATOM, suivie de celle de Patrice Edouard NGAISSONA, Président de la Fédération Centrafricaine de Foot Ball, ancien- ministre.
Après les analyses des situations, tout porte à  croire qu’il y a une manipulation de nature à  créer une zizanie provoquant la déstabilisation du Pays.

Or, des efforts considérables ont été faits par le Président de la République et son gouvernement en faveur de la consolidation de la paix et de la réconciliation. A cet effet, tout en restaurant l’autorité de l’Etat par la montée en puissance de nos forces de défense et de sécurité intérieure.
Face à  cette situation délicate tendant à  compromettre tous ces efforts, nous ne cèderons pas aux manipulations.

Nous sommes des patriotes engagés pour l’exigence du retour à  l’ordre constitutionnel.
Nous sommes à  une phase de réconciliation nationale à  travers le dialogue inter centrafricain, piloté par l’Union Africaine pour paix et réconciliation nationale.

A notre avis, l’arrestation du compatriote Edouard Patrice NGAISSONA risque d’empiéter sur le processus du dialogue déjà  enclenché par le panel de l’union africaine.
Pour ce faire, en ma qualité du président du Collectif des centrafricains pour la Réconciliation (CCR) et celle d’ex coordonnateur adjoint des ex combattants Anti Balaka, épris des valeurs de paix et réconciliation, je lance un appel à  la retenue, aux populations centrafricaines en générale et aux ex combattants Anti Balaka en particulier, afin de maîtriser avec un courage absolu, toutes les émotions, de ne pas céder aux diverses manipulations.

En ce moment précis, j’appelle à  la maturité de nos hommes politiques de faire preuve de maturité politique dans le combat politique qui les engage afin de ne pas instrumentaliser cette situation déjà  délicate, au profit de leurs intérêts égoïstes.
Aux groupes armés, signataires des accords sur les principes du DDR,R de respecter l’engagement qu’ils ont pris devant le peuple centrafricain et devant l’histoire de mettre fin définitivement aux hostilités.

Je vous remercie
Fait à  Bangui, le 17 décembre 2018

Le Coordonnateur Général Adjoint
Sébastien Wenezoui

Source : ABangui

Laisser un commentaire