Crise au Togo : médiation décisive de Nana Akufo-Addo avant les législatives

0
140

Depuis ce week-end, une partie de l’agenda de Nana Akufo-Addo a été remplie par le ballet des audiences accordées aux acteurs de la crise politique. Après les représentants de l’Eglise et des communautés musulmanes, le président ghanéen reçoit une délégation de la Coalition de 14 partis d’opposition. Entre appel au boycott de l’opposition, empressement du pouvoir à aller aux législatives du 20 décembre et demande de report des prescripteurs sociaux, le président ghanéen doit manœuvrer habilement comme un pompier pour éteindre le feu de la crise politique qui couve.

Pour l’opposition togolaise, le timing est serré. Entre l’empressement d’une mouvance présidentielle qui a embrayé sa machine électorale et la rue togolaise encore hésitante à la suivre dans la démonstration de force, sa marge de manœuvre est réduite. Il ne reste plus que trois jours avant l’ouverture des bureaux de vote pour les législatives toujours programmées au 20 décembre.

L’épouvantail du chaos post-électoral

En guise de dernier geste, les acteurs de la crise se tournent vers Nana Akufo-Addo, médiateur pour le compte de la CEDEAO dans la crise sociopolitique qui secoue le Togo depuis plus d’un an. Ce dimanche 16 décembre, le chef de l’Etat ghanéen a reçu à Accra, une délégation de la Coalition de 14 partis d’opposition. A la veille de cette rencontre, le locataire du Flagstaff House avait reçu les représentants des communautés chrétienne et musulmane.

Lire aussi : Togo/Guinée: après Vincent Bolloré, son groupe mis en examen pour corruption

Opposition comme prescripteurs sociaux poussent pour un report des législatives pour permettre la mise en place des réformes institutionnelles nécessaires pour le respect de l’équité démocratique. Après le succès mitigé de la journée «Togo mort» et les sorties médiatiques bredouilles, ces acteurs de la crise ont agité l’épouvantail du chaos post-électoral devant Nana Akufo Addo. De ce dernier, ils espèrent qu’il trouve la formule magique pour faire entendre leur cause à un pouvoir décidé à aller aux urnes.

Dans l’attente de la solution Akufo-Addo

A quelques heures de la fin d’une campagne électorale boycottée par l’opposition, le président ghanéen doit manœuvrer habilement pour éteindre le feu de la protestation qui couve dans le pays. Le parti présidentiel tout comme les 12 partis qui participent aux élections pour les 91 sièges de l’Assemblée nationale, comptent les dernières heures avant la clôture de la campagne ce mardi 18 décembre à minuit.

En face, l’opposition qui menace d’entraver le processus électoral, espère mettre à profit la période de latence préélectorale. En face d’un ministère de l’Administration territoriale qui interdit toute manifestation dans cette période, un forcing pour des manifestations risque d’être l’étincelle qui déclenche le feu de la contestation, la même qui a fait son lot de morts et de blessés entre les années 2017 et 2018.

Lire aussi : Togo : la CEDEAO tranche pour l’organisation des législatives le 20 décembre prochain

En habile politicien, Nana Akufo-Addo sait le chemin pour une solution mutuellement accepté est pavé d’œufs. Dans l’expectative tout le monde attend ses propositions pour une issue paisible à la situation.

Source : La Tribune Afrique

Laisser un commentaire