Un responsable du mouvement Anti-Balaka remis à  la CPI par les autorités françaises

0
47


Un haut dignitaire de l’organisation Anti-Balaka, un mouvement d’opposition à  prédominance chrétienne en République Centrafricaine, en l’occurrence M. Patrice-Edouard Ngaissona, a été arrêté mercredi par les autorités françaises conformément à  un mandat d’arrêt délivré par la chambre préliminaire II de la Cour pénale internationale (CPI).

Dans un communiqué publié sur son site, la CPI a confirmé que son greffier, M. Peter Lewis, avait soumis une demande à  l’endroit des autorités françaises pour que M. Ngaissona soit arrêté et livré à  la Cour pour l’achèvement des procédures nationales requises.

La Chambre préliminaire II – composée du juge Antoine Kesia-Mbe Mindua qui assure la présidence, et des juges, Tomoko Akane et Rosario Salvatore Aitala- avait délivré un mandat d’arrêt contre M. Ngaissona le 7 décembre 2018 pour sa prétendue responsabilité criminelle dans des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité commis dans l’ouest de la Centrafrique entre la période du 5 décembre 2013 et décembre 2014.

« La chambre était satisfaite de l’existence de preuves solides attestant l’existence d’un conflit armé, pas de caractère international, en cours sur le territoire centrafricain depuis septembre 2013 jusqu’en décembre 2014, entre les Séléka, une coalition de groupes armés à  majorité musulmane et les Anti-Balaka, un mouvement d’opposition aux Séléka à  prédominance chrétienne.

Source : ABangui

Laisser un commentaire