Poursuite du processus d’appropriation de l’avant-projet de loi sur la liberté de communication en République Centrafricaine

0
105

Le but de ce séminaire est de présenter l’avant-projet de loi sur la liberté de communication en République Centrafricaine Validé le 9 novembre dernier lors d’un séminaire organisé par le Haut Conseil de la Communication.
 
Le Haut Conseil de Communication(HCC), au regard de la loi organique n°17.006 du 15 février 2017, a pour mission de garantir l’indépendance et d’assurer la protection de la presse et des Arts, a expliqué Hubert Mary Djamany, précisant que  pour mener à bien sa mission, le HCC doit asseoir son indépendance, en régulant les média, en s’investissant dans la promotion de la liberté d’expression ainsi que la protection des droits humains pour le bien de toute la communauté.
 
« Les média constituent un maillon indispensable dans la construction de l’Etat de droit car ils sont les vecteurs possibles de la vérité, de la transparence et de l’Education citoyenne de la population », a-t-il ajouté.
 
Il a fait observer que le contexte sociopolitique ainsi que les nombreux dérapages relevés dans les contenus des informations diffusées et publiées dans les radiodiffusions, télévisions, la presse écrite et les médias en ligne ont mis en relief les carences et les vides juridiques de l’Ordonnance n°05.002 du 22 février 2018 relative à la liberté de communication en Centrafrique.
 
Selon lui, pour consolider son rôle, le HCC, en partenariat avec l’Organisation Internationale de la Francophonie(OIF) et l’ONG INTERNEWS, décidé d’effectuer un travail d’identification des possibilités d’amélioration du cadre juridique de la presse centrafricaine.
 
Il convient de rappeler que ce processus de vulgarisation est lancé depuis le 06 décembre 2018 avec un séminaire d’appropriation organisé à l’intention des membres du HCC et des cadres du ministère de la Communication et des Média.
 
 
 
 

Source : Acap

Laisser un commentaire