Centrafrique : un chef rebelle s’oppose au déploiement des FACA à  Bocaranga

0
230


Le chef rebelle Mahamat Abass Sidiki, leader des 3R (Retour, Réclamation et Réhabilitation) s’est fermement opposé au déploiement des militaires des Forces armées centrafricaines dans la zone sous le contrôle de ses hommes, notamment dans la ville centrafricaine de Bocaranga, a appris Xinhua ce mercredi de source locale.

D’après la source ce mercredi, M. Sidiki a fait d’abord déguerpir les gendarmes et les policiers affectés dans la localité, avant de s’en prendre aux militaires.

Dans le but de s’assurer du contrôle total de la région, a indiqué la source, M. Sidiki a déployé ses propres hommes lourdement armés qui se promènent dans les villages périphériques de Bocaranga à  bord de pick-up tout terrain.

Depuis lundi dernier, a ajouté la source, les hommes de Sidiki font des rotations sur l’axe Bocaranga-Bozoum et recrutent des combattants au sein de la population jeune.

Parmi la population, a conclu la source, la psychose gagne du terrain du fait que la population redoutent d’éventuelles attaques de ces hommes armés.

En ce moment, l’opinion se pose des questions quant au changement brusque de la prise de position de M. Sidiki, lui qui, en aoà»t dernier, avec six autres groupes armés, avait exprimé son adhésion au processus du DDRR (Désarmement, démobilisation, réintégration et reconversion) initié par le gouvernement centrafricain.

Aussi, au mois d’octobre 2018, M. Sidiki avait signé un accord de paix avec cinq autres groupes armés dans le souci d’amorcer un début de pacification des régions ouest de la République centrafricaine, par la libre circulation des personnes et des biens.

Par rapport à  la prise de position de M. Sidiki, la caravane de sensibilisation sur le processus du DDRR prévue pour toutes les localités de l’ouest de la République centrafricaine du 29 novembre et 10 décembre 2018 n’a pas pu sillonner les localités centrafricaines de Koui, Niem Yélowa et Bocaranga (extrême ouest), de peur de subir des surprises désagréables des éléments rebelles des 3R, selon les consignes de sécurité de la mission onusienne en Centrafrique chargée également de convoyer la mission.

Source : ABangui

Laisser un commentaire