Le rôle du numérique dans le développement du Congo [Tribune]

0
49

La République démocratique du Congo est à la croisée des chemins sur la voie de son développement économique. La stratégie numérique doit être au cœur de son développement dans les secteurs public et privé à partir de la nouvelle année et au-delà. Et pour que le secteur numérique se développe et mûre non seulement à Kinshasa, mais également dans d’autres villes telles que Lubumbashi et Goma dans les mois à venir, une base solide et fiable doit être mise en place par les secteurs public et privé du pays.

Internet est la base du secteur numérique dans tous les pays développés du monde en Europe, en Amérique ou en Asie. Et ce ne sera pas différent au Congo ou dans tout autre pays africain, maintenant ou dans un proche avenir. L’infrastructure technologique qui supporte Internet, tels que les systèmes électriques, la fibre optique, les satellites et les réseaux de télécommunication, doit également exister pour que les personnes puissent accéder à un flux d’informations fiable et rapide sur des serveurs, des ordinateurs et des téléphones portables à la maison, à l’école, au travail ou en voyageant sur la route à travers le pays.

La nécessité d’investir dans le système électrique à travers le pays

Les secteurs public et privé doivent effectuer des investissements suffisants pour mettre en place l’infrastructure sur laquelle Internet peut fonctionner dans le pays. Le point de départ est d’augmenter le taux d’électrification, qui ne représente actuellement que 9% environ de la population du Congo, qui compte près de 87 millions d’habitants, selon Power Africa, un partenariat dirigé par le gouvernement américain composé de 12 agences gouvernementales, de plus de 140 sociétés privées et de 16 agences bilatérales et les partenaires de développement multilatéraux.

Cependant, même parmi les personnes qui ont un accès fiable à l’électricité à Kinshasa, être connecté à Internet et l’utiliser quotidiennement reste un privilège compte tenu du coût élevé de l’accès à Internet vu le revenu moyen de quelqu’un dans le pays aujourd’hui, selon Sido Latere, présidente de Kobo Hub, une société spécialisée dans l’accompagnement des start-ups à Kinshasa. Et citant les données de 2017 de l’Union internationale des télécommunications, elle dit que le taux de pénétration d’Internet est d’environ 6,21% de la population congolaise, soit environ 5,5 millions de personnes, laissant environ 80 millions de personnes dans le pays sans accès à Internet.

L’importance d’éduquer la population sur l’utilité de données fiables

Un autre élément important à prendre en compte pour augmenter le taux de pénétration d’Internet est l’éducation de la population du pays qu’il faut faire comprendre que les informations et les données sont une source précieuse de croissance économique car certaines entreprises et agences gouvernementales négligent complètement l’importance de développer et d’intégrer une stratégie numérique dans leurs opérations quotidiennes, selon David Muhima Mudilo, président de Konnect, une entreprise d’incubation des start-ups basée à Kinshasa.

Près de 70% de la population du Congo a 20 ans ou moins. En d’autres termes, près de 60 millions de Congolais risquent de grandir avec d’énormes lacunes dans leurs compétences numériques lorsque les autres pays comme le Rwanda et le Kenya continuent à progresser dans la mise en place d’infrastructures Internet qui rendront leurs économies respectives dans le secteur de l’éducation et sur le marché du travail plus compétitives dans les années à venir.

Pouvoir éduquer les étudiants universitaires diplômés en informatique et en technologies de l’information et créer des logiciels, des applications mobiles et d’autres systèmes technologiques répondant aux besoins réels de la population locale est un autre défi à relever. Aujourd’hui, de nombreux développeurs de logiciels au Congo sont autodidactes qui utilisent les instructions données sur les sites Internet et sur YouTube, selon Sido Latere. Cependant, le secteur numérique dans le pays ne peut pas être rempli de personnes qui manquent d’instructions de base de l’école dans des secteurs industriels critiques tels que l’informatique et les technologies de l’information.

Les investisseurs ont plusieurs opportunités d’investissement au Congo

Pour les investisseurs à travers le monde qui cherchent à investir du capital, le Congo vous présente non seulement une abondance de ressources naturelles, telles que le cobalt, l’or et le cuivre, mais également des opportunités d’investissement attrayantes dans les secteurs des services financiers, de l’éducation et des télécommunications. Etant le deuxième plus grand pays d’Afrique par sa superficie, il y a aussi une abondance de terre arable, estimée à environ 80 millions d’hectares, suffisamment d’espace pour produire de la nourriture pour nourrir la population africaine totale de 1,2 milliard d’habitants et celle de l’Europe, des États-Unis et du Canada aussi.

La numérisation du secteur public permettra aux agences gouvernementales de réduire les coûts et d’être plus efficaces dans la fourniture de services publics, non seulement au niveau national mais également au niveau des provinces. Dans le secteur privé, placer la stratégie numérique au cœur d’une entreprise, quel que soit son secteur d’activité, permettra aux entreprises d’être plus efficaces dans leurs opérations et, à long terme, conduira à la productivité des employés et à une rentabilité accrue dans différents secteurs d’activité aux niveaux national et international.

Source : La Tribune Afrique

Laisser un commentaire