Centrafrique: « Il était nécessaire que je vienne dans ce pays meurtri par le néocolonialisme français» Kemi Seba

0
104


L’activiste panafricain, Kemi Seba visite la Centrafrique, pays victime de complot des grandes puissances mondiales. En visite d’une semaine d’activisme populaire, il est venu mobiliser le peuple centrafricain au tour du combat panafricain contre la françaf rique.

C’est tôt ce matin 10 décembre 2018 que le président de l’ONG Urgences Panafricanistes a foulé le sol centrafricain. Une foule des jeunes, hommes et femmes l’a accueilli en héros dès son arrivée à  l’aéroport international de Bangui M’poko.

Face à  la foule déchainée en présence de la presse locale et internationale, Kemi Seba n’a pas caché l’agenda de sa mission pour la cause de ce peuple meurtri.

L’ONG Urgences panafricanistes est une organisation qui lutte pour promouvoir le processus de l’unité africaine, faisant en sorte que les populations africaines puissent accéder à  un principe inaliénable et universelle d’autodétermination de l’humanité. Ce processus s’active de plus en plus dans les pays d’Afrique francophones qui demeurent sous le jour de l’oligarchie française.

Pour se débarrasser du néocolonialisme français, Kemi Seba estime que la société civile centrafricaine doit se mobiliser et s’organiser. Car pour ce combat contre le système, la réponse se trouve chez le peuple centrafricain qui s’engage à  se libérer de la Françafrique.

Après le succès de la mobilisation du peuple au Burkina-Fasso où 300 personnes se sont réunies au tour de la démarche de l’ONG Urgences Panafricanistes, l’Activiste panafricain a décidé d’intervenir aux côtés du peuple centrafricain meurtri par le néocolonialiste français depuis son indépendance en aout 1960.

Plusieurs activités sont prévues au cours du séjour de Kemi Seba à  Bangui sous le thème : « Procès du peuple contre la Françafrique ».

Coïncidence! La ministre française des armées, Florence Parly arrive aussi ce lundi soir à  Bangui, capitale de la République Centrafrique pour une visite de 24 heures.

Source : ABangui

Laisser un commentaire