Bénin  : le nouveau « Parti républicain » en course pour les législatives

0
145

Au Bénin, un nouveau parti politique dénommé « Parti républicain » vient de voir le jour ce week-end. Rassemblant près de 80 formations ainsi qu’une centaine de mouvements politiques soutenant le président béninois Patrice Talon, le nouveau parti aura pour premier objectif les législatives de mars 2019.

Le tout nouveau « Parti républicain » vient de mettre pied dans l’arène pour les prochaines élections législatives au Bénin. Créé ce samedi 8 décembre, avec quelque 80 formations ainsi qu’une centaine de mouvements politiques soutenant le président béninois Patrice Talon, le nouveau parti voit le jour à quelques mois des législatives de mars 2019 qui mettront en compétition les regroupements politiques pour la conquête de la majorité des 83 sièges de députés.

Valeurs républicaines et développement

Selon ses initiateurs, le « Parti républicain » est un regroupement politique qui promeut les valeurs républicaines et vise le bien-être des Béninois. «Le Parti républicain que nous portons sur les fonts baptismaux ce jour est une formation politique qui prône les valeurs républicaines portées par un libéralisme à visage humain», a commenté le porte-parole du parti, Jean-Michel Abimbola.

Lire aussi : Bénin : l’opposant Sébastien Ajavon condamné à vingt ans de prison pour trafic de drogue

Son positionnement est également porté par les cadres du nouveau parti, dont le ministre d’Etat béninois chargé du Plan et du développement, Abdoulaye Bio Tchané. Il s’agit d’une formation politique résolument tournée vers l’avenir, a confié ce dernier.

«Adhérer au Parti républicain, c’est non seulement faire le choix d’un régime politique de démocratie pluraliste respectant l’État de droit et les droits humains, mais aussi opter pour une volonté de paix et de concorde nationale prenant en compte notre histoire et la culture du peuple dans sa diversité», a déclaré Abdoulaye Bio Tchané.

Rappelons que le samedi 1er décembre dernier, plusieurs partis politiques de la mouvance présidentielle s’étaient déjà rassemblés en congrès pour créer un premier bloc politique dénommé « Union progressiste ». Ces regroupements répondent au besoin de se conformer à la nouvelle charte des partis politiques de juillet dernier qui met fin au multipartisme intégral au profit des grands rassemblements. Alors que le pays compte actuellement près de 300 partis politiques, ceux-ci devraient disparaître petit à petit à la faveur de ces regroupements.

Source : La Tribune Afrique

Laisser un commentaire