Mémorandum des partis politiques et organisations de la société civile sur l’initiative Africaine pour la Paix en République Centrafricaine

0
240


Nous, partis politiques et l’organisations de la société civile de la République Centrafricaine signataires du présent mémorandum, nous sommes réunis ce lundi 12 /11/2018 à  Bangui pour débattre de la problématique de la Feuille de Route pour la Paix et la Réconciliation en République Centrafricaine, signée à  Libreville depuis le 17 juillet 2017 mais qui n’a, à  ce jour, pas donné des résultats concrets.

Nous avons relevé que la Feuille de Route de l’Union africaine avait, en principe, été conçue dans l’optique d’assurer plus d’harmonie et de cohérence entre nombreuses initiatives prises aussi bien à  l’échelle nationale qu’internationale, pour trouver des solutions durables à  la crise centrafricaine.

En effet, à  la suite des conclusions pertinentes du Forum de Bangui, notre pays a enregistré tour à  tour les accords de Nairobi , l’Initiative de l’Angola , l’Initiative Africaine pour la Paix et la Réconciliation Nationale en République Centrafricaine , l’Initiative Parlementaire pour la Paix , le Manifeste Citoyen des Organisations de la société civile centrafricaine , le Mémorandum des Partis et Associations politiques relatif à  la problématique sécuritaire en RCA en attente de Sant’egidio pour ne citer que ceux-là .

Toutes ces initiatives, sauf celles de l’Angola et de l’Union Africaine, avaient le mérite d’insister sur l’impérieuse nécessité d’un dialogue inclusif, et donc l’implication de toutes les forces vives de la Nation afin de trouver une solution durable à  la crise centrafricaine. C’est dans ce sens que les partis politiques et les organisations de la société civile n’ont eu de cesse de revendiquer leur participation comme acteurs à  l’Initiative de l’Union Africaine.

Les partis politiques et les organisations de la société civile, signataires du présent mémorandum regrettent leur mise à  l’écart, faisant du dialogue un espace fermé d’échange entre le Gouvernement et les groupes armés.

Ces partis politiques et les organisations de la société civile, signataires du présent mémorandum, constatent avec amertume que. 16 mois après sa signature. l’Initiative de Paix de l’Union Africaine connaît très peu d’engagements concrets et d’avancées réelles. A cela s’ajoutent depuis quelque temps des initiatives parallèles et concurrentes qui sèment davantage de confusion.

Aussi, les partis politiques et les organisations de la société civile de la République Centrafricaine signataires du présent mémorandum exigent-ils :

La prise en compte de toutes les forces vives de la Nation, en particulier des partis politiques et la société civile comme parties prenantes à  l’Initiative de l’Union Africaine, pour permettre leur implication dans la recherche des solutions à  la crise centrafricaine ;

La cessation des initiatives parallèles et concurrentes, qui sont de nature A compromettre la mise en œuvre de l’Initiative de Paix pilotée par l’Union Africaine ;

Lu fixation dans un meilleur délai du chronogramme du dialogue.

Source : ABangui

Laisser un commentaire