Centrafrique : La Douane nationale mène des actions salvatrices qui concourent à  la nette amélioration de la santé des finances publiques

0
111


Les réformes agissantes, la sécurisation du corridor Douala-Bangui par une brigade mobile, la rigueur dans le travail et la confiance retrouvée par le personnel sont entre autres actions salvatrices entreprises par M. Frédéric Théodore INAMO, Directeur général de la Douane centrafricaine qui ont permis aux finances publiques très affectées et fragilisées par la grande crise, de retrouver santé de fer pouvant aider l’Etat à  faire face à  ses charges régaliennes. Aussi, ces actions positives et visibles menées par le soutien du Ministre des Finances M. Henri Marie DONDRA, dans un intervalle de deux années seulement par la nouvelle équipe dirigeante de la Douane centrafricaine, lui ont ouvert les portes des Instances internationales et autres partenaires au développement.

En effet, dès la nomination au mois de mai 2016 de Monsieur Frédéric Théodore INAMO, au poste de Directeur général des Douanes et Droits Indirects, ce dernier s’est aussitôt préoccupé de ramener la confiance au sein du personnel qui travaillait dans le passé dans une atmosphère délétère pour cause d’un déficit notoire de responsabilités au niveau du leadership, C’est ainsi que très tôt, certains cadres et agents des douanes qui étaient mis injustement en chômage étaient repris. Il s’en est suivi le mouvement du personnel et le redéploiement des cadres et agents aux différents potes de la douane sur des critères objectifs et sur le territoire national.

Par la suite, Dans la perspective de rendre efficace le mécanisme de mobilisation des fonds, il a été procédé à  la création des banques commerciales de proximité dans toutes les recettes douanières de Bangui ; A la réouverture des postes de contrôle du PK26 et de Nguérengou ; A l’informatisation des brigades commerciales de Bangui pour la prise en charge des marchandises à  l’importation ; l’informatisation et l’opérationnalité de Sydonia++ pour les hydrocarbures ; l’Informatisation et l’interconnexion sur Sydonia++ à  la recette des douanes de Beloko et l’opérationnalité de tous les modules de Sydonia++ avec le soutien du CNUSED sans oublier l’opération « Un Douanier égal un ordinateur » initiée et lancée par le DG INAMO qui consiste informatisé tous les services de la douane.

En dépit des difficultés d’ordre logistique et celle liée à  l’insécurité qui ne permet pas aux agents de la Douane centrafricaine d’exercer dans les zones sous contrôle des groupes armés, ces multiples actions menées sur le plan interne ont produit des résultats très positifs si l’on s’en tient juste aux seules données suivantes : Les prévisions qui étaient de 19.057.000.000 CFA en 2014 et de 28.300.000.000 CFA en 2015 sont passées à  41.5OO.000.000 CFA en 2016 et de 53.993.000.000 CFA pour atteindre 55.573.699.000 CFA en 2018. Tandis que les réalisations ont pratiquement doublé avec un chiffre de 60.902.693.538 CFA du mois d’avril 2014 qui passe à  105.839.889.403 CFA au mois d’Avril 2018.

Sur le plan externe, la nouvelle équipe dirigeante de la douane centrafricaine a procédé à  l’apurement des arriérés de ses contributions auprès de l’Organisation Mondiale des Douanes (OMD) ce qui a permis à  la douane centrafricaine de retrouver sa place de membre actif au sein de cette importante institution où une mission d’urgence a été dépêchée à  Douala au Cameroun pour finaliser le plan stratégique pluriannuel 2017-2020 qui a été adopté pour être financé par le concours de la Banque.

Des réformes comme moyen d’optimisation des recettes

Les résultats probants que récoltent la douane, résultent des reformes enclenchées afin d’assainir l’environnement commercial en République Centrafricaine. Ces Reformes reposent sur quatre volets. Il s’agit entre autres de la sécurisation des recettes, l’allègement des procédures, facilitations, et des procédures régionales et internationales.

« Pour atteindre ces résultats par rapport aux prévisions, je vous avoue, c’est grâces aux différentes reformes que nous avons mises en place avec l’appui technique des partenaires notamment le FMI, la Banque mondiale, l’Union européenne, la BAD pour ne citer que ceux-là  », a-t-il fait savoir.

La nouvelle vision de la douane

Pour passer le cap de l’état embryonnaire, la douanière centrafricaine se fixe comme objectif sur l’informatisation du système comme les autres douanes à  travers le monde. Donc, un douanier un ordinateur.

« Notre vision aujourd’hui, nous ne voulons pas que les douaniers touchent l’argent de l’état. L’opérateur économique verse l’argent à  la banque et apporte seulement les preuves de versements et nous, on donne de BAE. Notre vision aujourd’hui c’est l’informatisation du système douanier. Nous avons installé de l’ordinateur au niveau de chaque brigade douanière. La lutte contre la fraude dont l’interdiction de mains levées que l’Etat octroie aux fonctionnaires », a martelé le DG de la douane.

Le fait pour la Douane centrafricaine de renouer ses relations avec l’OMD lui a également permis de bénéficier du soutien financier du Fonds de Coopération japonais (FCD) destiné à  l’accompagner dans le domaine du Leadership et management sur une période de trois ans. Aussi, l’Organisation Mondiale des Douanes a autorisé tous les cadres de la Douane centrafricaine à  participer aux réunions, ateliers, séminaires, colloques qui se tiennent à  son siège à  Bruxelles en Belgique. Environ une trentaine de cadres de la Douane centrafricaine ont depuis lors participé à  ces différentes rencontres d’échanges et de renforcement des capacités.

Un autre exploit du côté de la diplomatie douanière est que la RCA a été retenue pour abriter au mois d’avril 2019, la 24ème Conférence des Directeurs généraux des Douanes de l’Afrique de l’Ouest et du Centre

Dans la même lancée, l’on notera entre autres, la participation de la Douane centrafricaine : Au Dialogue politique Douanière de haut niveau au japon ; A toutes les Sessions du Conseil de Coopération Douanière (CCD) et de l’Organisation Mondiale des Douanes ; Aux réunions avec les partenaires techniques et financiers dans la sous-région CEMAC et Aux réunions techniques avec la CEEAC et la CEMAC dans la sous-région.

Dans le cadre des projets et perspectives d’avenir, il prévu entre autres, la construction avec le concours de la Chine de deux terminales modernes ultra informatisées dont l’une au PK26 et l’autre sur le site de Douala qui a été gracieusement octroyé à  la RCA par le Gouvernement camerounais, la mise en œuvre effective du Plan Stratégique Pluriannuel et 2017-2020 et le redéploiement de tout le personnel douanier sur l’ensemble du territoire national. Il est également prévu la construction de l’Hôtel des Douanes à  Bangui et la création d’une brigade des Douanes à  Mongoumba.

Comme l’on a mentionné ci-haut, la confiance restaurée au sein du personnel, les réformes salvatrices entreprises et une diplomatie agissante ont hissé la Douane centrafricaine au premier plan des institutions nationales qui tiennent debout, les finances publiques.

Un véritable exploit du Directeur général Frédéric Théodore INAMO et son Staff qui ont su soigner l’image de marque des Douaniers et instaurer une nouvelle dynamique à  la Douane nationale qui occupe désormais une place de noblesse dans le secteur des finances publiques.

Il faut dire que le fondement des recettes douanières en République Centrafricaine repose sur deux éléments à  savoir l’importation et l’exportation. Il y a donc les importations ordinaires et les importations des produits pétroliers ainsi que les exportations du boit et des mines.

Bienvenu ANDALLA,

Source : abangui.com

Laisser un commentaire