Centrafrique : Une plateforme des groupes armés créée à  l’issue de la rencontre de Khartoum initiée par la Russie

0
278


Les groupes armés ont créé le 28 aout dernier une plateforme commune dénommée Rassemblement Centrafricain. Cette structure est mise en place à  l’issue des discussions de Khartoum initiée par la Russie.

A Khartoum, Nourredine Adam, Abdoulaye Hissene, Ali Daras, Maxime Mokom et Mahamat Al-Khatim ont joué sur la fibre du rassemblement d’où la mise en place de la plateforme dénommée Rassemblement Centrafricain (RCA). Le Rassemblement Centrafricain, selon le document final dit « déclaration d’entente », est créé pour rapprocher les points de vus des Antibalaka et des ex-Séléka dans la dynamique du dialogue porté par l’Union Africaine.

Les principaux leaders des groupes armés opérationnels en Centrafrique, se sont engagés dans leur déclaration d’entente, à  « transmettre au panel de l’initiative de l’Union Africaine avec ampliation aux partenaires de la République Centrafricaine, un manifeste de revendications conjointes », lit-on au point 7 du document.

Au moment où la plateforme des groupes armés se créait dans la capitale soudanaise sous l’égide de la Russie, à  Bouar dans le nord-ouest de la République Centrafricaine, le panel de l’Union Africaine réunissait quelques leaders de groupes armés pour échanger sur de possibles revendications. Bien que les participants de la rencontre de Khartoum aient rattaché leur démarche à  celle de l’Union Africaine, le parallélisme entre les deux initiatives, semble patent. Un leader politique du FPRC parle de « deux initiatives qui risquent de s’entrechoquer dans l’avenir ». Cette inquiétude est partagée par la presse écrite nationale qui, très favorable à  la démarche russe, dénonce ce qu’elle appelle « les manœuvres de l’Union Africaine ».

Source : abangui.com

Laisser un commentaire